L’essouflement des bénévoles et une baisse d’achalandage expliquent en partie la fermeture de la patinoire cet hiver dans le parc Marie-Médiatrice.

Pas de patinoire au parc Marie-Médiatrice cet hiver

En activité hiver après hiver depuis plus d’une cinquantaine d’années, la patinoire du parc Marie-Médiatrice dans l’ouest de Sherbrooke ne sera pas aménagée cet hiver.

Le conseiller municipal du district de l’Université Paul Gingues mentionne que l’essoufflement des bénévoles et une baisse d’achalandage expliquent en partie que les utilisateurs du parc de la rue Jolliet seront privés de cette activité extérieure pour la saison hivernale 2019-2020.

Contrairement à plusieurs patinoires sur le territoire sherbrookois, celle du parc Marie-Médiatrice était maintenue grâce au dévouement d’un comité de bénévoles.

« Le comité de bénévoles terminait son mandat de cinq ans. Malgré certaines démarches du service des loisirs, personne n’a été trouvé pour prendre la relève. Est-ce que tout a été fait pour garder l’intérêt et stimuler la relève de la part de nos services municipaux? Je pense que non. La patinoire est en suspens pour cette année », indique Paul Gingues.

Essoufflement

Ce dernier comprend notamment cet essoufflement causé par un manque de relève, des températures variables qui tiennent les patineurs loin d’une glace extérieure lors des froids extrêmes ou qui fait fondre la glace au-dessus du point de congélation.

« Ce n’est pas une situation facile pour les bénévoles qui entretiennent la patinoire », signale M. Gingues.

Le conseiller municipal compte convoquer une assemblée au sous-sol de l’église Marie-Médiatrice au début de 2020 pour trouver une relève afin que la patinoire de quartier puisse être disponible l’an prochain.

« Le comité de bénévoles est prêt à transmettre son expertise. Le budget d’exploitation d’environ 6000 $ reste en place pour ceux qui souhaitent reprendre le flambeau. Je souhaite trouver une solution s’il y a encore un besoin. Je vais tenir cette rencontre citoyenne rapidement pour déterminer s’il y a encore de l’intérêt », signale le conseiller municipal.

Chiffres à l’appui

Chiffres à l’appui, Paul Gingues explique que le nombre de patineurs est passé de 2229 à l’hiver 2014-2015 pour passer sous le millier à 956 en 2015-2016 puis pour tomber à 616 patineurs lors de la dernière saison hivernale de 2018-2019.

Ces données ont été recueillies pour les soirs et les fins de semaine. Elles ne comptent pas les enfants de l’école primaire Champlain ou du CPE l’Enfantaisie qui avaient l’habitude de l’utiliser tous les hivers.

« C’est triste parce que c’est une patinoire qui a été maintenue à bout de bras pendant plusieurs années notamment par de grands bénévoles comme Germain Quirion. Plusieurs enfants y ont appris à patiner. Je m’y rendais moi-même quand j’étais enfant. Je veux tâter le terrain avec les citoyens pour essayer qu’un comité puisse reprendre l’entretien de la patinoire », indique Paul Gingues.