Le Service de police de Sherbrooke ne se lancera pas dans une « chasse aux sorcières » la veille et le soir de Noël pour débusquer les réveillons clandestins.
Le Service de police de Sherbrooke ne se lancera pas dans une « chasse aux sorcières » la veille et le soir de Noël pour débusquer les réveillons clandestins.

Pas de chasse aux sorcières pour le SPS

René-Charles Quirion
René-Charles Quirion
La Tribune
Le Service de police de Sherbrooke ne se lancera pas dans une « chasse aux sorcières » la veille et le soir de Noël pour débusquer les réveillons clandestins.

Comme il l’a fait depuis le début de la pandémie de la COVID-19, le SPS va répondre aux plaintes des citoyens.

« Nous faisons confiance au sens des responsabilités des citoyens. Notre objectif en appliquant les règles n’est pas de réprimer pour le plaisir, mais bien de travailler en collaboration avec la santé publique pour préserver la santé de la population », explique le porte-parole du SPS, Martin Carrier.

À moins d’avis contraire provenant du ministère de la Sécurité publique du Québec (MSP), le SPS ne prévoit pas pour le moment affecter des policiers en heures supplémentaires les 24 et 25 décembre.

« Notre façon d’intervenir va rester la même que depuis le confinement du printemps dernier. Nous intervenons pour répondre aux plaintes des citoyens concernant les rassemblements. Si les patrouilleurs aperçoivent plusieurs véhicules à une même résidence, ils vont aussi intervenir. Nous n’allons pas lancer des patrouilles pour faire le tour des quartiers à la recherche des rassemblements », signale Martin Carrier.

Le SPS mentionne qu’il souhaite agir en prévention.

« Notre objectif premier demeure la collaboration et la discussion. Ce n’est que dans les cas où les gens ne collaborent pas que nous remettons des constats d’infraction », indique le porte-parole du SPS.

Ce dernier rappelle que des constats sont donnés dans le cas d’un manque de collaboration. Récemment, des constats avaient été remis à des citoyens dans le secteur Ascot.

Lors de cette intervention le 7 novembre dernier dans une résidence privée de la rue Belvédère Sud, 13 personnes âgées entre 17 et 25 ans provenant de Sherbrooke, Longueuil, Saint-Hubert, Granby, Gatineau avaient reçu un constat d’infraction de 1546 $.

En août, 21 constats avaient été émis lors d’un seul rassemblement dans le secteur de l’Université de Sherbrooke.

« Ce sont toutes des situations où les citoyens n’ont pas collaboré avec les policiers. Si les gens quittent lors d’une intervention, ils ne rencontrent pas de problème », indique le porte-parole du SPS.