Les nombreux bris de conduites d’eau survenus dans les derniers jours ne devraient pas entraîner de dépenses imprévues aux contribuables sherbrookois.

Pas de budget supplémentaire pour les bris d’aqueduc

Les nombreux bris de conduites d’eau survenus dans les derniers jours ne devraient pas entraîner de dépenses imprévues aux contribuables sherbrookois. Le chef de la division de la gestion des eaux et de la construction à la Ville de Sherbrooke, Michel Cyr, donne des explications sur le budget consacré aux bris d’aqueduc.

« Il y a un budget précis et il est important de le suivre. C’est un peu comme pour les chutes de neige : les besoins budgétaires sont variables et peuvent varier de 25 % d’une année à l’autre. En 2017, nous avions 689 000 $ et cette somme a été respectée », précise M. Cyr.

S’il est incapable de chiffrer le budget 2018 pour le moment, il devrait se situer dans les mêmes eaux. « Je prévois toujours une marge pour le débordement en sachant qu’il y a toujours des besoins en décembre. 2017 était ma 19e année à la Ville et je n’ai toujours pas réclamé de budget supplémentaire. Les problèmes ont été plus graves dans les dix derniers jours de 2017, mais le reste de l’année avait été assez calme. »

Sans avoir comparé avec les autres années, Michel Cyr peut déjà affirmer que 2018 a commencé sur les chapeaux de roue. « Ce sont les changements de température qui posent problème. Les sols et les matériaux se rétractent. La conduite subit autant le froid des matériaux que le sol qui bouge. C’est toujours pire en décembre et en janvier. Il est quand même rare qu’il y ait autant de bris entre Noël et le jour de l’An. Nos équipes ont été vaillantes. »

La moyenne de bris dans une année s’élève à 110. L’année 2017 en a compté 102. « Même dans les pires années, j’ai été capable de respecter le budget. Si je me rends compte en mai que les bris ont été plus élevés, je vais faire attention dans mes autres dépenses, par exemple les égouts, les bornes-fontaines. Pour l’ensemble de l’entretien de l’aqueduc et des égouts, je dispose de 3,875 M$. »

Depuis le début de l’année, un peu moins d’une dizaine de conduites se sont rompues.