Les conseillères Chantal L’Espérance et Évelyne Beaudin, Paul Lessard, le maire Steve Lussier, Sandie Blanchette, et René Gervais lors de l’annonce d’un nouvel aménagement pour l’accessibilité universelle au parc Jacques-Cartier.

Parc Jacques-Cartier : mieux adapté aux personnes à mobilité réduite

Les personnes à mobilité réduite profiteront d’un site plus adapté à leurs besoins, au parc Jacques-Cartier, lors d’événements comme la Fête du lac des Nations. L’accès au site a été facilité grâce à des investissements de 68 000 $.

Un promontoire consacré aux personnes à mobilité réduite a été bétonné et muni d’un garde-corps en acier galvanisé. Le stationnement a été reconfiguré, les sentiers d’accès ont été asphaltés et le talus a été réaménagé et enjolivé d’un aménagement paysager. Un puisard a aussi été ajouté au stationnement existant.

À lire aussi : Plaidoyer pour une meilleure accessibilité à la Fête du lac

À lire aussi : Une personne à mobilité réduite demande un espace couvert

« C’était inadéquat pour recevoir autant de gens à mobilité réduite en même temps. On a même asphalté jusqu’en bas pour pouvoir descendre tout près du lac. Je suis content de voir ce que les services de la Ville ont fait pour que tous les citoyens puissent participer aux événements qui se tiennent au parc Jacques-Cartier. Nous avons été à l’écoute des besoins des personnes à mobilité réduite et nous continuerons de l’être parce que d’autres sites doivent être adaptés », a commenté le maire Steve Lussier.

Évelyne Beaudin, présidente du comité du développement social et communautaire, rapporte que cet aménagement faisait partie d’un plan d’action pour les personnes handicapées depuis quelques années. « C’est un pas de plus dans la bonne direction pour rendre Sherbrooke accessible à tous. »

De son avis personnel, Mme Beaudin estime que la Ville ne chemine pas assez rapidement pour rendre ses infrastructures universellement accessibles. « On pourrait aller plus vite. Il y a des villes à travers le Québec qui sont beaucoup plus avancées côté accessibilité universelle. Par exemple, Victoriaville a rendu son centre-ville accessible. Il reste encore beaucoup de travail à faire ici. Dans les travaux au centre-ville de Sherbrooke, on espère qu’on gardera à l’esprit qu’il faudra que ce soit universellement accessible. Ce qui est plus difficile, c’est que ce sont des plus vieilles constructions, donc il y a plus de travail à faire. »

Elle suggère que les programmes d’aide à la rénovation au centre-ville encouragent les actions pour améliorer l’accessibilité. 

« C’est demandé par la population à mobilité réduite d’avoir accès au centre-ville. Ça fait partie de ce qu’on souhaite. Dans le projet Well Sud, il y avait une obligation de le rendre accessible aux personnes à mobilité réduite. À partir de la rue du Dépôt, il y a un ascenseur vitré qui permettra d’accéder à la rue Wellington Sud. Une personne est aussi venue nous dire que même une marche d’un pouce est un obstacle, si bien qu’il y a des commerces où il est impossible d’entrer. Il faut être sensibilisé », convient Chantal L’Espérance, conseillère du district du Lac-des-Nations et présidente du comité de revitalisation du centre-ville.

« Je n’ai pas d’objection à ce qu’on regarde la possibilité d’inclure l’accessibilité universelle dans les projets admissibles à une aide à la rénovation. Des fois on peut penser que ça représente une fortune alors qu’on parle d’un petit montant. Avant de dire oui ou non, il vaut la peine de l’étudier. »

Fête du lac des Nations et STS

Une demande avait également été acheminée à la Société de transport de Sherbrooke (STS) pour améliorer l’accès au parc Jacques-Cartier pendant la Fête du lac des Nations. Un service d’accompagnement pour les personnes à mobilité réduite, à l’aide de voiturettes de type limousine, entre 20 h et minuit, sera proposé cette année. Il permettra de relier le débarcadère de la STS et l’entrée principale. 

« Les personnes ayant besoin de ce service doivent le signaler à l’agent de sécurité lors de leur arrivée au débarcadère et lors de leur départ, à la sortie du parc », lit-on dans un communiqué de la Ville.