Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Sous le soleil et dans une ambiance gaie, près d’une cinquantaine de bénévoles s’affairaient à rendre Paniers de Pâques pour les plus démunis possible.
Sous le soleil et dans une ambiance gaie, près d’une cinquantaine de bénévoles s’affairaient à rendre Paniers de Pâques pour les plus démunis possible.

Paniers de Pâques pour les plus démunis

Coralie Beaumont
Coralie Beaumont
La Tribune
Article réservé aux abonnés
C’est un manège de véhicules qui défilaient dès le petit matin samedi devant les locaux de la fondation Rock-Guertin à Sherbrooke. Environ 350 familles ont reçu un panier de Pâques qui adoucira certainement la fin de l’hiver. « Ça devait être la 6e édition, mais cela a été annulé l’année passée à cause de la pandémie », explique Denis Fortier, le directeur général de la Fondation.

Au menu, deux boites de produits non périssables, mais également une boîte d’aliments frais et locaux. La Fondation a en effet pu compter sur la générosité de nombreux acteurs de la région. « La tire vient du Chalet des Érables à Cookshire, la quiche a été cuisinée par le Festin Royal, en collaboration avec les Producteurs d’œufs qui ont offert les œufs. Les beignes viennent de la pâtisserie Duquette. La boucherie René et Richard a donné de la saucisse et la boucherie Clément Jacques des fèves au lard, du jambon et du creton », détaille avec enthousiasme M. Fortier.

Les personnes qui avaient besoin de ce coup de pouce alimentaire ont été sélectionnées par des travailleurs sociaux, des CLSC et divers organismes. Comme Irina, mère monoparentale qui confie que ce panier va beaucoup l’aide, et comme Cynthia et Daryl qui attendent leur deuxième enfant. 

M. Fortier estime qu’environ 4500 personnes ont été touchées cette année par leurs opérations pour Pâques. Il explique que la Fondation a notamment distribué 2400 beignes dans des écoles avec des élèves plus défavorisés ainsi que de la nourriture au Partage St-François et à la Chaudronnée.


Des bénévoles en masse

Sous le soleil et dans une ambiance gaie, près d’une cinquantaine de bénévoles s’affairaient à rendre cette action possible.  

Le bénévolat pour la Fondation Rock-Guertin, c’est une histoire de famille chez les Grégoire. En effet, ils sont quatre générations à mettre la main à la pâte pour venir en aide à ceux qui en ont besoin. « Ça fait du bien d’aider et de redonner, d’autant plus que les derniers mois sont encore plus difficiles », partage Daniel Grégoire, bénévole depuis 1984.

Son fils, Jean-François Grégoire, tient à saluer la présence de nombreux jeunes parmi les bénévoles cette année, y voyant un bon présage pour la relève. « On a une belle problématique, on est obligé de refuser des bénévoles! » explique-t-il. 

Normes de la santé publique obligent, le nombre de bénévoles a été réduit cette année. « On est 15 à 20 bénévoles de moins », estime Jean-François Grégoire. Afin de respecter l’obligation de distanciation sociale, les paniers de victuailles sont d’ailleurs déposés directement dans le coffre de la voiture des bénéficiaires. 


Paniers de Paques Fondation Rock-Guertin