Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Julie Myre-Bisaillon
Julie Myre-Bisaillon

Ouvrir sa caméra, juste pour le meilleur, pas pour le pire

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Je n’étais pas une étudiante très assidue. À mes cours je veux dire. Pour tout dire, j’étais un peu paresseuse. Je m’ennuyais. Et je crois qu’à cause de ça, j’ai manqué plein d’occasions. Plein d’occasions d’apprendre. J’ai eu ben du fun. Mais pas de bourse ni pour la maîtrise ni pour le doctorat parce que mes notes de bac n’étaient pas assez fortes.

À 19 ans, je ne savais pas que je poursuivrais des études de maîtrise et encore moins des études doctorales. Je ne savais pas non plus que mes notes de baccalauréat allaient me suivre autant. Ça m’a mis des bâtons dans les roues. Mais ce n’était pas garant de l’avenir. J’ai trouvé ma voie et j’ai compris le sens du mot engagement. 

Un prof m’a dit un jour que si je m’engageais, j’aurais plus de fun dans mes études. Il avait raison. Et aujourd’hui, j’essaye de transmettre la même idée à mes étudiantes et mes étudiants (et à mes deux filles) : saisir les occasions qui vous sont offertes d’apprendre... même quand le cours est plate, même quand ça ne compte pas. Parce que ça finit souvent par compter. 

Il y aura toujours des cours plus intéressants que d’autres, des journées plus l’fun que d’autres, des occasions plus ou moins stimulantes en fonction de chacun. Toi, tu n’aimes pas le français, moi j’aime moins les maths. Elle aime la musique. 

Qu’on étudie au secondaire, au collégial ou à l’université, c’est difficile en ce moment. 

Je sais qu’en ce moment c’est plus difficile. Je sais. Et je ne veux surtout pas minimiser ça. J’ai beaucoup d’empathie pour toi. Mais j’en ai aussi pour tous les formateurs qui enseignent devant un écran noir. Un néant d’interactions. Tsé, l’apprentissage, ça se construit. 

Faque habille-toi le matin. Fais-toi une beauté. Fais-toi une face même si à 15 ans c’est plus difficile. Pis allume ta caméra. Mets-toi au défi de poser une question, juste une et réagis à ce qui se passe, même si ta réaction est non verbale. 

Allume ta caméra. Pour le meilleur. Parce que ce serait quoi le pire?

Quand on y pense, y’a juste un écran qui nous sépare. Ce même écran sur lequel tu textes parfois pendant tes cours en présentiel. On est d’accord pour faire la rencontre de ton chat. Même de ton cochon dingue. Ce n’est pas grave si ton ménage n’est pas fait. Il y a une fonction où tu peux mettre un arrière-plan qui plonge ta vaisselle pas faite dans le flou ou qui peut nous faire rêver d’ailleurs. Participe du pont de Brooklyn ou de l’espace. 

On ne jugera pas ton poster de Shawn Mandes ou d’Harry Styles. Dans mon temps on aurait peut-être jugé mon poster des New Kids on the Block. Mais le contexte est différent. 

T’es un adulte en devenir. En temps de pandémie. 

Allume ta caméra. Come on. Ça va te faire du bien. Tu vas te sentir moins seul je pense. Pis le prof va peut-être être plus motivé aussi. Ça va créer un effet d’entraînement. Ça va être magique. 

Pis tu vas apprendre. Pis tu vas te sentir mieux.