La petite maison blanche d'Orford.
La petite maison blanche d'Orford.

Orford veut protéger son patrimoine

Jean-François Gagnon
Jean-François Gagnon
La Tribune
Le débat entourant l’avenir de la petite maison blanche, à Orford, semble avoir porté fruit. Le Canton d’Orford paraît en effet davantage préoccupé par son patrimoine bâti aujourd’hui.

«C’est une question importante, le patrimoine dans notre municipalité, lance la mairesse d’Orford, Marie Boivin. Cet enjeu n’avait jamais été soulevé dans le passé. La maison blanche a amené une réflexion nouvelle.»

Rappelons que le Canton d’Orford avait prévu la démolition de la petite résidence, située au coeur du village de Cherry River. Un pavillon communautaire tout neuf devait prendre place sur le même terrain à moyen terme. Des défenseurs du patrimoine, dont l’ancien conseiller municipal Marc Bigué, étaient cependant montés aux barricades pour empêcher la démolition.

Si Marie Boivin assure que l’avenir de la petite maison blanche est sauf, elle ne peut préciser à quel moment le Canton d’Orford accouchera d’un projet pour cette vieille résidence acquise par sa municipalité il y a déjà plusieurs années. Elle laisse toutefois entendre que la population aura son mot à dire lorsqu’il sera temps d’élaborer un projet de mise en valeur.

«Disons que la cour est pleine au chapitre des dossiers qu’on est en mesure de gérer à la municipalité en ce moment. Présentement, le dossier du pavillon communautaire est davantage une priorité», révèle Mme Boivin.

À ce sujet, la mairesse d’Orford affirme que l’objectif de son administration est d’offrir le futur pavillon communautaire à la population avant les prochaines élections municipales, prévues à l’automne 2021.

Sous peu, les plans et devis du futur bâtiment municipal seront complétés et on pourra par la suite lancer un appel d’offres afin de dénicher l’entreprise qui sera chargée de la construction. Le projet coûtera normalement plus de 1,5 million $ à la municipalité.

Entre autres, Marie Boivin indique que le pavillon communautaire sera bien intégré à son environnement au plan architectural. Le défi au plan de l’intégration paraît par contre de taille puisque les constructions qu’on retrouve à Cherry River sont relativement disparates et que leurs coloris sont multiples.

Le pavillon communautaire comprendra des salles dans lesquelles les habitants d’Orford auront l’opportunité de participer à des activités diverses et de fraterniser. On s’efforcera d’accommoder les organismes du milieu qui ont besoin de locaux. 

Notons en terminant que le bâtiment prendra place dans le parc de la Rivière-aux-Cerises. Cet espace public a fait l’objet d’investissements importants au cours des dernières années. Le Canton d’Orford souhaite revitaliser son coeur villageois et ces investissements ont justement pour objectif de favoriser la revitalisation espérée.