Les travaux sont déjà amorcés pour préparer le terrain au coin des rues Thibault et Dunant en vue de la construction possible d'une station-service.

Opposition au projet d'une station-service

Des citoyens s'inquiètent de la construction d'une possible station-service au coin des rues Thibault et Dunant, près de l'entrée du mont Bellevue. Le terrain, zoné commercial jusqu'à l'adoption du règlement 1200, qui uniformise le zonage des anciennes villes fusionnées, est maintenant zoné résidentiel.
Le permis de construction a toutefois été délivré avant que le nouveau zonage entre en vigueur.
Une pétition comptant au moins 125 signatures a été lancée en ligne. Les citoyens inquiets se sont regroupés mardi et comptent se revoir vendredi. Rosée Thériault rapporte qu'une vingtaine de personnes se sont présentées à la première réunion.
« Nous avons discuté pour savoir comment bloquer ce projet. Ça n'a pas d'allure du point de vue environnemental. Pour poser un réservoir, il faudra creuser profondément dans le roc. Ce n'est vraiment pas un bon endroit. En plus, c'est adjacent à l'entrée du mont Bellevue. Les propriétés autour vont perdre de la valeur. Il est pertinent d'essayer de déloger ce projet. »
Il n'est pas exclu que les citoyens se présentent au conseil municipal de lundi pour faire valoir leur point de vue.
Karine Godbout, candidate au poste de conseillère dans Ascot, était présente au rassemblement citoyen. « L'idée, c'est de voir quelle est la situation et quelles sont les actions possibles. On peut penser que la Ville a un peu les mains liées, mais la nature du projet soulève beaucoup d'émotions auprès des citoyens. Dans le diagnostic commercial de Commerce Sherbrooke, de la CDEC et d'Ascot en santé, cette zone ne fait pas partie de la vision commerciale. »
Dans la refonte du règlement de zonage, le promoteur Luc Élias avait d'ailleurs demandé de garder le zonage commercial du terrain. La recommandation du comité consultatif d'urbanisme avait été défavorable. « Ce secteur n'est pas identifié comme un pôle commercial au SADR. Il n'est pas souhaitable de permettre des usages commerciaux contigus à des résidences, plus spécifiquement, un poste d'essence, un lave-auto ou un restaurant avec service au volant », lit-on dans la décision du comité.
Le conseiller du district d'Ascot, Robert Pouliot, explique que ce terrain avait été cédé par la Ville au promoteur dans un échange de terrains qui permettra la construction de l'école C le long du boulevard René-Lévesque, dans Rock Forest.
« Il y a eu une demande pour réaliser un projet en novembre 2016 et le permis a été délivré. Le terrain est planifié pour recevoir une station-service et un dépanneur, mais je n'ai pas vu les plans. Le promoteur veille d'abord à ses intérêts, mais il semble que nos services étaient d'accord parce qu'ils ont accordé le permis. Si les citoyens veulent devenir des promoteurs et acheter le terrain, ils peuvent. »
L'idée d'une coopérative a été évoquée.