Il y avait 1544 des 18 000 employés du CIUSSS de l’Estrie-CHUS en arrêt de travail le 9 juillet dernier.

Objectif primordial: garder les employés du CIUSSS de l’Estrie-CHUS en santé

En date du 9 juillet dernier, 1544 des 18 000 employés du CIUSSS de l’Estrie-CHUS étaient en arrêt de travail ou en retour progressif. Cela représente un taux d’absentéisme en assurance-salaire d’environ 7,48 %. L’objectif de la direction des ressources humaines est de ramener ce nombre à 1377 d’ici le 31 mars 2020.

Pourtant, au CIUSSS de l’Estrie-CHUS, on ne parle plus des personnes touchant de l’assurance-salaire (assurance maladie) avec des pourcentages comme c’était le cas avant.

« Un des défauts des pourcentages, c’est qu’ils sont basés sur les heures travaillées. Donc aussitôt qu’on augmente nos heures travaillées, même si le taux de personnes absentes ne change pas, nous avons l’air de nous être améliorés alors que ce n’est pas le cas », précise Josée Paquette, directrice des ressources humaines, des communications et des affaires juridiques au CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

L’utilisation d’un nombre de personnes au lieu de pourcentages rend aussi la réalité beaucoup plus concrète pour les directeurs qui doivent « piloter leurs tableaux de bord » en lien avec l’absentéisme.

« Quand on peut dire que trois personnes sont revenues au travail, c’est beaucoup plus encourageant qu’un pourcentage qui s’est amélioré », assure Josée Paquette.

Alors, élaborons un peu les statistiques. Le 9 juillet, il y avait 1544 employés en assurance-salaire. Mais de ce nombre, certains étaient en congé maladie et d’autres en arrêt de travail à la suite d’un accident de travail.

« En assurance-salaire, nous avons 966 personnes complètement absentes et 278 personnes en réadaptation (retours progressifs) », dit Mme Paquette.

Du côté des accidents de travail, « il y avait 145 personnes complètement absentes et 155 en réadaptation », toujours en date du 9 juillet, ajoute-t-elle.

« Une personne en réadaptation, pour nous c’est déjà un succès, car elle met le pied dans l’établissement, elle est en mesure de donner des services à la population », souligne Mme Paquette.


« Au cours des prochaines semaines, plus de 150 aides de service vont rentrer dans l’établissement. »
Josée Paquette

Lorsqu’une personne tombe en arrêt de travail, peu importe la raison, elle fait maintenant l’objet d’un suivi serré. « Favoriser le retour au travail, c’est notre obsession. On appelle nos employés, on prend de leurs nouvelles, on peut même aller les chercher pour les amener à des réunions d’équipe si elles veulent y assister », assure Mme Paquette.

Augmentation des accidents de travail

Les accidents de travail ont augmenté au cours des derniers mois, souligne la directrice des ressources humaines. Depuis peu, le CIUSSS de l’Estrie est en mesure de savoir exactement où se passent les accidents de travail et quels sont les titres d’emploi occupés par les personnes qui les subissent.

« Nous avons vu que ce sont les préposés aux bénéficiaires (PAB) qui subissent le plus d’accidents de travail. Au cours des prochaines semaines, plus de 150 aides de service vont rentrer dans l’établissement pour prêter main-forte aux PAB. Nous pourrons voir si leur arrivée a un impact sur le travail des PAB », explique Josée Paquette.

La direction du soutien aux personnes âgées (SAPA) a été la plus touchée par les accidents de travail, donc ce sont les PAB des CHSLD qui sont plus à risque.

« Nous avons créé des équipes multidisciplinaires autour des secteurs plus vulnérables pour bien soutenir les équipes. Nous avons aussi augmenté la formation et ajouté des PAB-coach », précise la directrice.

Pour être réaliste, le CIUSSS de l’Estrie-CHUS a donc une cible « objectif dégressif ». Au début de l’année financière le 1er avril, il y avait donc 1512 personnes absentes ou en retour progressif. « Notre objectif pour le 31 mars, c’est d’atteindre 1377 personnes. On serait contents », explique la directrice des ressources humaines.

 Josée Paquette

+ ... et améliorer la rétention

Pour les équipes déjà en place, c’est une bonne nouvelle d’avoir de l’aide en cette période estivale où les gens en vacances sont nombreux. Mais c’est aussi un très gros défi de recevoir et d’accueillir autant de nouveaux employés.

« Le grand défi de notre prochaine année sera d’améliorer notre rétention. On veut que les gens restent en emploi chez nous », explique Josée Paquette, directrice des ressources humaines, des communications et des affaires juridiques au CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

« L’attraction est difficile, alors on doit aussi travailler pour être bon dans la rétention, pour garder les gens dans notre établissement », ajoute-t-elle.