Une dizaine de membres de l’Association des locataires de Sherbrooke ont manifesté sur la rue Wellington Nord mardi.

Objectif : 100 logements sociaux par année

SHERBROOKE — Une dizaine de membres de l’Association des locataires ont manifesté sur la rue Wellington Nord et devant l’hôtel de ville, mardi, pour exiger une promesse ferme du conseil municipal pour la construction de 100 logements sociaux par année pour les cinq prochaines années. La conseillère Évelyne Beaudin était la seule élue à s’être déplacée. Elle promet de voter contre le budget, le 17 décembre, s’il ne prévoit pas l’atteinte de cette cible.

« Nous demandons aux élus municipaux d’introduire dans leur budget 100 unités de logements sociaux par année pendant cinq ans. Cent unités permettraient à cent ménages locataires de se loger convenablement à coût accessible. Ça permettrait aussi de prendre moins d’années pour loger les 6105 ménages-locataires qui actuellement ne sont pas capables de payer leur logement et qui vivent dans des appartements dangereux pour la santé et la sécurité », lance Normand Couture, porte-parole de l’Association des locataires.

Il fait ainsi référence à la moisissure et au manque d’isolation, entre autres. « Malgré le fait qu’ils vivent dans les logements insalubres, ils payent quand même 40 % de leurs revenus pour se loger. Il faudrait pourtant payer 25 % de nos revenus pour nous loger. C’est incroyable, dans une ville comme Sherbrooke, où on dit que la dimension humaine est importante, que le logement ne soit pas la priorité. Certaines personnes défraient même plus de 100 % de leurs revenus pour se loger. »

Grande déception

Normand Couture rapporte que la précédente administration municipale avait voté pour la construction de 100 logements sociaux par année pendant cinq ans. « Le nouveau conseil nous a annoncé qu’on réaliserait entre 75 et 100 logements parce qu’on investissait les mêmes sommes que l’année précédente. C’était une grande déception. On sait que les élus préparent le nouveau budget. Nous avons rencontré le maire au mois de mars et nous attendons toujours des nouvelles. Il faut que la Ville réponde à nos demandes, d’autant plus que le fédéral a annoncé en novembre 2017 des investissements de 40 G$ sur dix ans pour régler la problématique du logement. Il serait temps que la municipalité profite de cet argent. »

En ce sens, l’Association des locataires compte joindre le FRAPRU jeudi à Québec pour une manifestation devant les bureaux du ministre de l’Habitation, Jean-Yves Duclos.

Au moyen d’une lettre, elle a aussi avisé les élus de ses demandes. Rémi Demers et Évelyne Beaudin auraient répondu qu’ils appuieraient la demande de l’association.

Mme Beaudin était d’ailleurs présente devant l’hôtel de ville mardi.

« Ce n’est pas normal qu’il y ait à Sherbrooke autant de gens qui mettent une aussi grande part de leurs revenus juste pour avoir un toit au-dessus de la tête. L’engagement que je prends, c’est que si la Ville ne s’engage pas à construire au minimum 100 logements sociaux par année pendant cinq ans, je ne pourrai pas voter en faveur de ce budget. Pour moi, c’est fondamental, d’autant plus que ça ne coûte pas cher. C’est un enrichissement collectif d’investir dans le logement social. J’ai senti énormément d’ouverture de la part de mes collègues. Ne sous-estimez pas l’impact de votre mobilisation d’aujourd’hui », a-t-elle lancé aux manifestants présents.