La Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) est en voie de connaître une autre année exceptionnelle au chapitre de l'accueil de nouveaux arrivants provenant de l'étranger. De nouvelles classes d'accueil ont été ouvertes. Ci-dessus, une classe d'accueil de l'école LaRocque prise en photo le printemps dernier.

Nouvelles classes d'accueil pour les élèves immigrants

La Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) est en voie de connaître une autre année exceptionnelle au chapitre de l'accueil de nouveaux élèves provenant de l'étranger. De nouvelles classes d'accueil ont été ouvertes.
L'école Jean-XXIII s'est ajoutée à la liste des écoles primaires comptant une classe d'accueil et l'école secondaire Mitchell-Montcalm en a ouvert une seconde, notamment.
L'an passé, la CSRS avait accueilli quelque 384 nouveaux arrivants et avait du même coup connu une année record. Jusqu'ici, depuis la rentrée scolaire, environ 205 enfants ont fait leur arrivée au sein d'une classe d'accueil, ce qui laisse présager, si la tendance se maintient, une autre année exceptionnelle pour l'organisation. « Ça se compare à l'année passée. Ça s'annonce encore une très bonne année », souligne Viviane Guimond, coordonnatrice au service des ressources éducatives à la CSRS. Cette année, les enfants proviennent principalement de l'Afghanistan et de la Syrie. Jusqu'ici, on dénombre 64 jeunes provenant de l'Afghanistan, et 54 provenant de la Syrie.
Parmi les autres pays représentés, on compte aussi des pays africains comme le Burundi.
Le Service d'aide aux Néo-Canadiens (SANC) a accueilli un très grand nombre de Syriens, à la mi-décembre. Du nombre, on retrouvait plusieurs grandes familles, et plusieurs enfants étaient d'âge scolaire, soulignent Mme Guimond et son collègue Stéphane Dupuis, agent d'administration au service des ressources éducatives.
Parmi les arrivées des derniers mois, on compte 60 pour cent des enfants qui sont d'âge primaire, et l'autre proportion est composée d'élèves d'âge secondaire.
« Ce qu'on ne sait pas, c'est est-ce que notre moyenne annuelle est en train de changer ou vit-on encore une année exceptionnelle? » note Mme Guimond.
Prévisions difficiles
La CSRS pouvait auparavant compter sur des tableaux de prévision des arrivées d'élèves immigrants qui l'aidaient à effectuer son organisation. Elle n'a toutefois plus accès de façon systématique à ces prévisions depuis la centralisation effectuée au ministère de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion (MIDI).
« Si on pouvait avoir au moins de façon mensuelle des tableaux prévisionnels qui nous viennent du Ministère, ça nous aiderait à préparer l'organisation des services, le protocole d'accueil, jusqu'à l'orientation scolaire, le soutien à l'école... »
Les deux employés de la CSRS soulignent qu'autant que possible, les nouveaux arrivants sont dirigés dans une école à proximité de leur résidence. Rappelons que la commission scolaire a fait une demande d'agrandissement pour l'école Jean-XXIII, située dans le secteur d'Ascot. L'agrandissement souhaité permettrait d'ajouter huit nouvelles classes.
Les équipes qui travaillent avec les nouveaux arrivants sont tributaires du contexte politique. On ne sait pas, pour le moment, quels seront les effets de la décision de Québec de suspendre le programme de parrainage privé des réfugiés, une décision qui était effective à la fin janvier.
Le MIDI avait alors fait savoir que le nombre de demandes de parrainage acceptées par le Québec et en cours de traitement au gouvernement fédéral était d'un peu plus de 10 000. Parmi ces demandes, plus de 7500 provenaient de personnes réfugiées d'origine syrienne.
Environ un élève sur quatre est issu de l'immigration à la CSRS.