L’œuvre du Sherbrookois Matthieu Binette est visible devant l’édifice Humano, à partir de la rue Tracy, près du parc Jacques-Cartier.
L’œuvre du Sherbrookois Matthieu Binette est visible devant l’édifice Humano, à partir de la rue Tracy, près du parc Jacques-Cartier.

Nouvelle sculpture devant l’édifice Humano: les éléments selon Matthieu Binette

Sabrina Lavoie
Sabrina Lavoie
La Tribune
La sculpture de béton et de bronze de l’artiste sherbrookois Matthieu Binette a été installée la semaine dernière devant le nouveau complexe Humano faisant face à la rivière Magog près du parc Jacques-Cartier.

L’artiste-sculpteur explique avoir proposé une idée d’oeuvre d’art public au promoteur Matthieu Cardinal. Ce dernier a donné une réponse positive en hiver 2019 et lui a donné carte blanche pour bonifier la devanture de l’édifice, toujours en construction, et qui s’élève sur sept étages.

« Au départ, je prévoyais faire 173 personnages qui auraient représenté chacun des logements de l’immeuble. Finalement, l’architecture de base m’a inspiré quelque chose de plus abstrait qui m’a fait sortir de ma zone de confort », raconte Matthieu Binette avec satisfaction.

La sculpture composée de béton compacté et de tiges de métal soudées représente les quatre éléments de la vie (le feu, l’air, l’eau et la terre) ainsi que les résidents de l’immeuble qui côtoieront l’œuvre tous les jours.

« Le nom officiel n’a toujours pas été déterminé, mais ça pourrait ressembler aux "Cinq éléments du lac des Nations" », confie le Sherbrookois.

Celui qui a également signé les œuvres se trouvant devant la basilique-cathédrale de Sherbrooke, de l’OMG Burger et des résidences VÜ ajoute avoir pu compter sur la précieuse collaboration de Frédérick Deshaies de chez Projet Era pour les deux bases en pisé stabilisé ainsi que de l’aide d’une employée.

« La partie du haut a été faite tige par tige. Ce n’est que de la soudure de bronze », précise Matthieu Binette, qui a développé sa technique « goutte à goutte » à travers les années en faisant d’abord fondre des cintres.

En entrevue près de l’œuvre en question, l’artiste-sculpteur se dit particulièrement fier. « C’est ma première sculpture abstraite, avoue-t-il. Je n’aime pas revenir sur place pour regarder ce que j’ai créé, mais là je suis content », ajoute Matthieu Binette.

D’autres projets à venir

Le projet étant maintenant livré, l’artiste et père de famille se concentrera au cours des prochains mois sur un contrat qui lui a été offert par l’ASTROLab du Parc du Mont-Mégantic.

« Je ferai deux sculptures identiques, soient deux personnages qui tiennent une étoile, qui permettront de souligner les portes d’entrée du territoire protégé contre la pollution lumineuse entre Mégantic et Sherbrooke », révèle Matthieu Binette.

Il mentionne toutefois devoir parfois remettre en question le métier de sculpteur qui devient plus difficile pour le corps avec les années. « J’essaie de mélanger la musique à travers tout ça, mais disons que j’ai une bonne équipe d’orthothérapeutes », mentionne à la blague celui qui a d’ailleurs participé au concours Ma première Place des Arts en février dernier.