Un quartier résidentiel et commercial verrait finalement le jour sur les terrains inoccupés qui font face au campus de l’Hôpital Fleurimont.
 Un quartier résidentiel et commercial verrait finalement le jour sur les terrains inoccupés qui font face au campus de l’Hôpital Fleurimont.

Nouveau souffle pour les Sommets de la santé

Jasmine Rondeau
Jasmine Rondeau
La Tribune
PRIMEUR /  Un quartier résidentiel et commercial verrait finalement le jour sur les terrains inoccupés qui font face au campus de l’Hôpital Fleurimont. Après un temps mort de dix ans, les terrains qui étaient destinés au projet des Sommets de la santé sont en processus d’acquisition par le Groupe Sherplex développement urbain, qui entamerait ce mois-ci la première phase d’un « village » sur 145 acres.

Une entente a déjà été signée avec une pétrolière, qui installera une station-service au coin de la 12e Avenue et de la rue Alice-Girard. Des ententes avec plusieurs restaurants, un café, un gym et une pharmacie auraient également été prises, alors que des discussions avec des hôteliers seraient en cours. Une résidence pour aînés ferait également partie de la vision à long terme.

« On prévoit investir environ 100 M$ dans ce projet d’ici les cinq prochaines années, explique à La Tribune le directeur général de Sherplex, Louis-Philip Charron, qui voudrait créer un total de 1500 unités d’habitation. On commence la construction de près de 300 de ces unités pour attirer les commerçants. Avec environ le même chiffre qu’il y a déjà autour, plus les employés et usagers de CHUS, ce sera suffisant pour lancer la phase commerciale. Le marché a beaucoup évolué dans les dernières années et Sherbrooke est prêt pour ce nouveau milieu de vie dans lequel les unités d’habitations et les commerces seront en harmonie. C’est un village en soi que nous sommes en train de créer, un milieu de vie où il fera bon vivre. Les gens vont pouvoir y consommer, y travailler et y vivre. »

Les premiers commerces, la station-service et les premières unités d’habitation seront prêts pour l’été 2021, indique M. Charron, qui précise qu’aucun terrain n’est à vendre, mais qu’il est ouvert aux partenariats concordant avec la vision du projet. « C’est important de garder le contrôle. On ne veut pas que ce soit développé de manière déstructurée. Ce sera en harmonie avec le milieu, même si c’est un terrain difficile à travailler. S’il y a un ruisseau, on va le laisser. On prévoit conserver des milieux de vie en nature, et même développer du résidentiel à flanc de montagne. Pas question que ce ne soit que de l’asphalte et des bâtisses », avance celui qui croit que cette vision d’ensemble permettra enfin à ce quartier d’obtenir le succès tant espéré il y a 12 ans.

Le Groupe Sherplex développement urbain a fait l’acquisition de plusieurs terrains voisins de l’Hôpital Fleurimont dans les deux dernières années. Maintenant qu’il a pris une entente avec les anciens promoteurs des Sommets de la santé, il pourra amorcer la première phase d’un quartier résidentiel et commercial de 145 acres.

10 ans sans avancements

Rappelons que les terrains des Sommets de la santé, qui appartenaient au groupe immobilier Capital-Concepts, basé dans les Laurentides, avaient auparavant fait l’objet de mésententes avec la Ville de Sherbrooke. Celle-ci avait d’ailleurs injecté 1,1 M$ dans le surdimensionnement des conduites en espérant rentabiliser son investissement rapidement grâce à l’entrée de taxes des bâtiments commerciaux et résidentiels qui devaient être construits.

En 2014, soit quatre ans après la construction d’une rue et d’un carrefour giratoire, le président de Capital-Concepts, Normand Leblanc, expliquait à La Tribune que les demandes de la Ville étaient « trop exigeantes », notamment concernant le passage d’égouts et d’aqueducs dans une zone de réserve.

Depuis deux ans, Sherplex acquérait un par un les terrains avoisinants. Ce n’est que tout récemment que le promoteur a finalement mis la main sur la partie restante. L’entente de gré à gré qui a été prise avec Capital-Concepts sera officialisée sous peu.

Plusieurs « détails administratifs » resteraient à régler entre la Ville et le promoteur, qui a notamment mené un projet d’immeubles locatifs sur la rue de la Montée ces dernières années. M. Charron espère avoir toutes les autorisations d’ici une semaine, mais dit avoir déjà obtenu les permis requis pour débuter la construction des 300 unités d’habitation, qui seront situées plus au nord de la station-service.

Seuls certains terrains zonés industriels en bordure de l’autoroute 610 pourraient faire l’objet d’une demande de changement de zonage éventuellement. « Nous verrons si nous pourrons attirer des industries avec un usage peu contraignant pour notre quartier. Sinon, on demandera un changement en temps opportun », explique M. Charron.

Le conseiller du district des Quatre-Saisons et président du comité consultatif d’urbanisme, Vincent Boutin, n’était pas en mesure de commenter le dossier en fin de semaine. Il a indiqué savoir « que des choses se trament » dans ce secteur et que des discussions avaient eu lieu avec la Ville, mais que les détails du projet demeurent « dans la cour » du promoteur.