Nicolas Knap vivra une expérience hors du commun dimanche en participant à la compétition de nage en eau libre Alcatraz Sharfest Swim au beau milieu de la baie de San Francisco. Une traversée périlleuse de 2,4 km entre l'île qui a hébergé la célèbre prison d'Alcatraz et le continent.

Nicolas Knap s'évadera d'Alcatraz

Évasion d'Alcatraz en vue pour Nicolas Knap. Français d'origine, Québécois d'adoption, ancien membre de l'équipe de natation du Vert & Or de l'Université de Sherbrooke au début des années 2000 et ayant participé à trois reprises à la Traversée internationale du lac Memphrémagog, Nicolas Knap s'attaquera dimanche avec quelque 800 autres participants à la mythique et intrigante course Alcatraz Sharkfest Swim, une traversée de 2,4 km qui relie la fameuse île dans la baie de San Francisco au continent.
Cette île rendue célèbre par sa fameuse prison qui a été en opération de 1934 à 1963 et surtout par ses nombreuses tentatives d'évasion échouées. Une exception : l'évasion de Frank Morris et des frères Clarence et John Anglis le 11 juin 1962 qui a déjà été racontée dans un film mettant en vedette Clint Eastwood. En 2017, il est toujours impossible de savoir si cette tentative d'évasion a échoué ou pas.
« Ça frappe l'imaginaire de faire cette course avec toute l'histoire qui entoure l'île d'Alcatraz. C'est à la fois excitant et effrayant. Ce sera ma 81e compétition en eau libre et sûrement celle qui fera en sorte que mon taux d'adrénaline atteindra un sommet jamais égalé. Une des plus originales aussi qui n'est pas sans avoir son lot de dangers et d'imprévus qui nous forcent à redéfinir notre stratégie tout au long du parcours. Mais pour moi, c'était un incontournable d'aller à Alcatraz », fait valoir Knap.
Environnement naturel impardonnable
Rien n'a changé à l'île d'Alcatraz. L'environnement naturel impardonnable qui venait à bout des prisonniers qui tentaient de s'évader à l'époque est toujours le même : le froid, la marée, les courants, les requins et les méduses. « L'hiver très humide qu'a connu la région là-bas fait en sorte que l'eau sera peut-être encore plus froide. C'est ce qu'on prévoit. J'ai jeté un coup d'oeil sur les cartes maritimes et ça s'oriente vers une température de l'eau qui oscillera autour de 13 degrés C. Cela ne m'empêchera pas de me lancer à l'eau sans combinaison. Porter une combinaison en eau libre, c'est dénaturer le sport et son origine. Et je ne porterai pas de bracelet anti-requin non plus », prévient le nageur de 44 ans.
Nicolas Knap a cessé de nager sur une période de 14 ans. « J'étais habité par des tourmentes de toutes sortes durant cette longue période. J'ai décidé de me reprendre en main il y a un peu plus d'un an pour me rebâtir une santé, pour mon bien-être. Je me suis lancé des défis, des projets. Je suis reparti de plus belle. Il n'est plus question que je perde une seule journée de ma vie. Je ne vais pas attendre d'avoir 60 ans pour aller de l'avant. Je vise 100 traversées. J'ai déjà d'autres aventures qui sont prévues à moyen terme. »
S'il a décidé de replonger avant tout pour croquer de nouveau dans la vie, Nicolas Knap ne cache pas que l'esprit de compétiteur est toujours présent en lui. « Pas au point d'en faire une priorité, mais à Alcatraz, j'aimerais bien monter sur le podium dans ma catégorie d'âge. Je regarde ce qui s'est fait dans le passé, les conditions annoncées, je devrai me taper un chrono autour de 33 minutes pour espérer un bon classement », estime-t-il.