Le glissement de terrain sur la rue Alfred-Desrochers est survenu alors que des travaux étaient justement en cours pour éviter ce genre de problèmes.

Neuf personnes évacuées pendant « des semaines »

Les deux familles touchées par le glissement de terrain survenu mercredi sur la rue Alfred-Desrochers devront vraisemblablement s’armer de patience. La Ville de Sherbrooke estime que leur évacuation pourrait s’étendre sur des semaines.

« Ça risque d’être long, admet Stéphane Simoneau, coordonnateur aux mesures d’urgence à la Ville de Sherbrooke. Ce sera au minimum quelques jours, mais on peut parler de semaines. C’est le plus dramatique dans toute cette histoire. On évacue des familles qui ne s’attendaient pas du tout à ça. On les sort de chez eux à quelques semaines de la rentrée scolaire avec de jeunes enfants. On va les aider à traverser cette épreuve, mais il faut prendre le temps de faire une bonne analyse. Il n’y a pas eu de drame et on n’en veut pas. »

C’est au total neuf personnes qui sont chassées de leur demeure. Ils sont pris en charge par la Croix-Rouge.

« Les ingénieurs n’ont pas pu garantir la stabilité des deux maisons, souligne M. Simoneau. Des mouvements de sol ont été détectés sous les maisons et sur les côtés. On veut s’assurer qu’ils ne puissent pas être aggravés par les pluies. Une étude de sol plus poussée sera nécessaire pour confirmer que les maisons sont sécuritaires. »

« Les ingénieurs ont considéré que les maisons étaient en danger « imminent », mentionne pour sa part Jean-Sébastien Forest, directeur régional de la sécurité publique civile pour la Montérégie et l’Estrie.

La Ville espère procéder à des expertises en début de semaine prochaine pour évaluer les risques aux portes 3316 et 3326 de la rue Alfred-Desrochers.

Rappelons que le glissement de terrain est survenu alors que des travaux de remblaiement étaient en cours justement pour éviter ce genre de problèmes. Les terrains arrière des résidences ont subi plusieurs dommages.

« Les travaux étaient conformes et autorisés, assure Stéphane Simoneau. Ils ont été faits par des ingénieurs certifiés. C’est lors des travaux que le glissement de terrain a eu lieu. Il y a une coulée de matériaux qui s’est fait jusqu’au ruisseau au bas de la pente. »

Un quartier sécuritaire
Les maisons du secteur n’ont pas à craindre pour leur sécurité selon la Ville.

« Le secteur est sécuritaire, les inquiétudes concernent seulement les deux maisons qui ont été évacuées, souligne M. Simoneau. Il y a un historique de glissement de terrain dans le secteur, mais ça semble avoir été corrigé, car ça fait plusieurs années depuis le dernier événement. Les gens ont fait de manière préventive les travaux qui ont été demandés et c’est quand on a retiré les matériaux d’origine, qui n’étaient pas conformes, que le glissement de terrain est survenu. »

La Ville diffusera de l’information dans le quartier pour répondre aux inquiétudes des citoyens.

« Il y a toujours des possibilités de mouvement de sol, peu importe où l’on se trouve, résume Stéphane Simoneau. Il y a des signes précurseurs habituellement. C’est très rare que ça arrive subitement. Ce qu’on veut dire aux gens c’est de nous signaler leurs inquiétudes. On va assigner des experts pour aider les citoyens à confirmer ou infirmer leurs inquiétudes. »