Patrick Morin a reconnu au palais de justice de Sherbrooke avoir braqué deux dépanneurs situés à 1,5 kilomètre de distance dans l’est de Sherbrooke en moins d’une semaine à l’hiver 2019.
Patrick Morin a reconnu au palais de justice de Sherbrooke avoir braqué deux dépanneurs situés à 1,5 kilomètre de distance dans l’est de Sherbrooke en moins d’une semaine à l’hiver 2019.

Neuf ans de prison pour deux vols qualifiés

René-Charles Quirion
René-Charles Quirion
La Tribune
Condamné par le passé à des peines de prison fédérale pour un homicide involontaire coupable et des vols qualifiés, Patrick Morin a été condamné, mardi, à y passer encore six ans et six mois après avoir reconnu deux autres vols qualifiés en utilisant une arme à feu.

Le voleur a reconnu au palais de justice de Sherbrooke avoir braqué deux dépanneurs situés à 1,5 kilomètre de distance dans l’est de Sherbrooke en moins d’une semaine à l’hiver 2019.

Ces deux crimes distincts de vol en utilisant une arme à feu étaient passibles de peines minimales de quatre ans de prison chacun.

Patrick Morin a reconnu avoir braqué un dépanneur sur la rue Bowen le 25 mars 2019 avant de récidiver la semaine suivante, soit le 1er avril, dans un dépanneur de la rue Woodward.

Les deux vols auraient été effectués avec une arme de poing.

Le suspect avait été capté par des caméras de surveillance aux deux endroits où les vols ont été effectués.

Morin est détenu depuis son arrestation par le Groupe d’intervention du SPS le 4 avril 2019.

Le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec a condamné Patrick Morin à une peine globale de neuf ans de pénitencier, une peine qualifiée de raisonnable, mais clémente.

Le juge a retranché le temps de détention provisoire équivalent à 30 mois de prison, ce qui fait en sorte que Morin restera détenu encore six ans et six mois.

La peine a été imposée à la suite d’une suggestion commune de l’avocat de la défense Me Patrick Fréchette et la procureure aux poursuites criminelles Me Marie-Andrée Ayotte.