Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les cas de rage du raton laveur au sud du Québec sont en nette diminution, mais la surveillance demeure « rehaussée » en Estrie.
Les cas de rage du raton laveur au sud du Québec sont en nette diminution, mais la surveillance demeure « rehaussée » en Estrie.

Nette diminution des cas de rage du raton laveur

Claude Plante
Claude Plante
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Les cas de rage du raton laveur au sud du Québec et de l’autre côté de la frontière américaine sont en nette diminution depuis les dernières années, selon le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec.

On annonce donc l’arrêt des opérations d’épandage d’appâts vaccinaux en Montérégie. Toutefois, comme l’an dernier, la surveillance demeure « rehaussée » dans cette région et en Estrie.

Les appâts vaccinaux étaient distribués annuellement afin d’immuniser les ratons laveurs, les mouffettes et les renards contre la rage du raton laveur, et ainsi protéger la santé de la population humaine. 

En 2016, le Ministère a entrepris de réduire le territoire visé par ces opérations d’épandage, car les efforts de contrôle déployés au Québec et aux États-Unis ont permis d’éloigner les cas de rage, diminuant ainsi la menace de réintroduction en territoire québécois.

De plus, aucun cas n’a été répertorié au Québec depuis l’unique cas détecté en 2015. Aucune opération de vaccination ne sera donc réalisée en 2021. Néanmoins, les opérations de vaccination des ratons laveurs se poursuivent dans les États du Vermont, de New York et du New Hampshire, permettant de repousser la rage du raton laveur vers le sud et de protéger le Québec d’une réintroduction.

La Montérégie et l’Estrie continuent cependant d’être considérées comme des régions à risque de réintroduction en raison de leur proximité avec les cas détectés aux États-Unis chaque année. « Les opérations de surveillance rehaussée, qui sont maintenues en 2021, constituent désormais un moyen efficace et suffisant de poursuivre la lutte contre la rage du raton laveur au Québec », souligne-t-on dans un communiqué de presse.

« Afin d’assurer une surveillance adéquate et de détecter rapidement tout cas de rage, la contribution de la population demeure cependant essentielle. En effet, lorsque cette maladie circule dans un secteur, les signalements des citoyens constituent le meilleur outil pour détecter rapidement les animaux sauvages atteints. »

Les citoyens qui habitent ces deux régions peuvent contribuer de manière importante à la lutte contre la rage du raton laveur. Ils sont donc invités à signaler la présence de ratons laveurs, de mouffettes et de renards morts ou qui semblent désorientés, blessés, anormalement agressifs ou paralysés en appelant au 1 877 346-6763 ou en remplissant le formulaire en ligne sur Québec.ca/rageduratonlaveur.

En cas de morsure, de grafigne ou de contact avec sa salive, on doit nettoyer la plaie avec de l’eau et du savon pendant dix minutes, et ce, même si elle est en apparence mineure. On communique rapidement avec Info-Santé 811 afin d’obtenir un suivi médical adéquat, ajoute-t-on.

Le Ministère suggère de prendre des mesures pour ne pas attirer des animaux sauvages sur sa propriété. On doit par exemple ranger les poubelles extérieures hors de la portée des animaux et éviter de nourrir les animaux domestiques à l’extérieur.