Négociations : le SCFP s’adresse directement aux députés caquistes

Encore sans contrat de travail avec le CIUSSS de l’Estrie – CHUS, les membres du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) interpellent directement les députés caquistes de la région pour dénoncer les manquements du réseau de la santé et des services sociaux.

Le syndicat représentant plus de 5400 employés du réseau de la santé de l’Estrie dit «passer à la vitesse supérieure» dans sa volonté de dénoncer «la détresse des patients et du personnel». Après nombre de manifestations et d’interventions publiques, on interpelle maintenant les six députés caquistes de l’Estrie élus le 1er octobre dernier.

À lire aussi: Le CIUSSS et les professionnels et techniciens en médiation

L’intervention commence par une «publicité-choc » de 30 secondes intitulée « Soignons notre réseau, ça presse! », a appris La Tribune. Dans la capsule vidéo, de véritables employés de l’Estrie y résument en quelques mots leurs difficultés et leur douleur concernant le  « manque de personnel »,  les « patients en détresse », les « insultes », « l’épuisement » et le « choc posttraumatique ».

Cette publicité a été diffusée sur les ondes de TVA Estrie et sur Facebook.

On demande aux citoyens d’endosser une déclaration et de la transmettre par courriel aux députés caquistes de Brome-Missisquoi (Isabelle Charest), Granby (François Bonnardel), Mégantic (François Jacques), Orford (Gilles Bélanger), Richmond (André Bachand) et Saint-François (Geneviève Hébert).  

La déclaration souligne d’abord que « dans bien des cas, les patients ne reçoivent pas les soins auxquels ils ont droit». Pour les aînés qui n’ont plus d’autonomie, les personnes lourdement handicapées, la situation est scandaleuse, soutient Éric Bergeron, conseiller syndical au SCFP.

« Que les députés de la CAQ se le tiennent pour dit : ils sont en sursis. Ils ont été élus sur une vague d’écœurement face à la situation en santé et en éducation. Tous les regards sont tournés vers eux pour qu’ils livrent la marchandise», lance M. Bergeron.

«Nous, on va maintenir toute la pression nécessaire pour que les patients soient enfin traités avec dignité en tout temps.»

La sortie du SCFP survient alors qu’un médiateur vient d’entrer en scène pour tenter de rapprocher les parties. Les deux démarches sont indépendantes, assure le syndicat. La campagne n'interpelle pas les députés caquistes dans le but de faire avancer le dossier de la négociation.

Une médiation est aussi en cours entre le CIUSSS de l’Estrie et l’Alliance du personnel professionnel et technique du réseau de la santé et des services sociaux (APTS) et la direction du CIUSSS de l’Estrie-CHUS pour enfin conclure une entente.

Rappelons que le CIUSSS n’est toujours pas parvenu à une entente avec deux de ses quatre syndicats, soit l’APTS et le SCFP.

Lors du dernier scrutin, «la population de l’Estrie a congédié tous les députés libéraux », ajoute le SCFP. On réclame donc un «changement décisif» : « Le message est clair : agissez, pour vrai! Sinon, dans quatre ans, les députés estriens de la CAQ se feront montrer la porte eux aussi.»

Rappelons que le 10 octobre dernier, le SCFP avait lancé une autre vidéo de témoignages « cri du cœur ». Une dizaine d’employés, principalement des préposés aux bénéficiaires, y témoignaient dans des termes saisissants. Cette vidéo a été vue plus de 128 000 fois et partagée plus de 2600 fois sur Facebook, note le syndicat.

La section locale 4475 du SCFP représente les employés de la catégorie 2 du CIUSSS de l’Estrie – CHUS qui regroupe le personnel paratechnique, des services auxiliaires et de métiers. Ces membres du SCFP comptent pour environ 30 % de l’ensemble du personnel du CIUSSS de l’Estrie – CHUS.

Éric Bergeron