Les lingettes ne doivent pas être jetées aux toilettes, au risque de boucher les conduites d’égout.
Les lingettes ne doivent pas être jetées aux toilettes, au risque de boucher les conduites d’égout.

Ne jetez pas de lingettes dans les toilettes

Jonathan Custeau
Jonathan Custeau
La Tribune
L’omniprésence des mesures d’hygiène en période de COVID-19 entraîne une mise en garde de la Ville de Sherbrooke, qui a dû composer avec un refoulement d’égout. La cause : les lingettes jetables dans les toilettes.

La Ville invite les citoyens à ne pas disposer des lingettes jetables dans les toilettes, même si elles portent la mention biodégrables ou sécuritaires pour les toilettes.

Trois résidences de la rue Matisse ont subi un refoulement attribué aux lingettes jetées dans les toilettes des propriétés avoisinantes mardi soir. Une canalisation a été bloquée.

« Les lingettes ne se décomposent pas dans les conduites d’égout. En plus de boucher les canalisations, elles sont la cause de plusieurs bris aux équipements de pompage. Toutes les lingettes sans exception doivent donc être jetées à la poubelle », écrit-on dans un communiqué. 

Jean-Pierre Fortier, chef de division gestion des eaux et construction, explique pour sa part que le blocage des conduites survient en général au point de raccordement entre les conduites résidentielles et les égouts. « Dans ce cas-ci, c’est l’égout principal, qui a 200 mm de diamètre, qui a bouché. Les équipes sont allées faire les réparations mais n’ont pas passé de caméra pour déterminer un ou des coupables. S’il n’y a pas de discipline, c’est ce que nous devrons faire. Je n’en ai pas fait une priorité pour le moment. Nous pouvons blâmer un manque de connaissance de plusieurs citoyens. »

Le règlement municipal permet néanmoins d’imposer une amende aux contrevenants. Pour un premier manquement, le constat minimum s’élève à 610 $ pour une personne physique et à 1200 $ pour une personne morale.  En cas de récidive, il monte à 1200 $ pour une personne physique et à 2440 $ pour une personne morale. 

« Le papier de toilette et les mouchoirs se détruisent facilement et peuvent être transportés dans les égouts. Ces lingettes ne se décomposent pas et peuvent entraîner des bris ou le mauvais fonctionnement de nos équipements. En conséquence, il peut y avoir des débordements indésirables dans la rivière, par exemple. »

Jean-Pierre Fortier

Graisses de cuisson

Dans le même sens, les graisses de cuisson ne doivent pas être déversées dans les toilettes ou dans l’évier. Elles peuvent elles aussi bloquer le réseau d’égout. Elles doivent plutôt être figées, par exemple au congélateur, avant d’être jetées au bac brun. 

« Nous n’avons pas eu de problème encore avec les graisses depuis le début de la pandémie mais nous jugions qu’il était important de le rappeler parce que beaucoup de gens seront à la maison et cuisineront. Le gras se fige autour des conduites et fait un colmatage. Souvent, c’est la conduite résidentielle qui bouche. »

Jean-Pierre Fortier rappelle donc que les toilettes et les égouts sont réservés aux excréments, à l’urine et au papier de toilette.

Il mentionne par ailleurs que la gestion des eaux est prête à réagir en cas de problème, malgré la pandémie. « Nos équipes sont au travail parce qu’il s’agit d’un service essentiel, mais l’eau demeure potable et nous n’anticipons pas de problèmes. Nous croyons même qu’il y aura une réduction du débit dans nos usines puisque plusieurs industries sont fermées. »


Annulation des Jeux de Sherbrooke

La Ville de Sherbrooke a aussi annoncé mercredi, en accord avec la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke, qu’elle annulait la présentation de la 4e édition des Jeux de Sherbrooke qui devait se tenir les 29 et 30 avril.

Les Jeux de Sherbrooke réunissent plus de 1700 élèves de 6e année de la CSRS, de la Commission scolaire Eastern Townships et des écoles primaires privées.