Mont Bellevue: entente sur le projet de réserve naturelle

SHERBROOKE - Le projet de réserve naturelle au mont Bellevue pourra se concrétiser à la satisfaction de toutes les parties impliquées. La Tribune a appris qu'une conférence de presse est prévue le 29 novembre pour annoncer une entente entre l'Université de Sherbrooke, la Ville de Sherbrooke, Sentiers Sherbrooke et Dalbix.

Plusieurs sources confirment que tous les partenaires se sont assis à la même table et qu'ils se sont entendus non seulement sur une façon de fonctionner, mais sur une façon de créer une réserve naturelle qui répondra aux besoins des différents groupes d'utilisateurs du parc du Mont-Bellevue, y compris les marcheurs, les cyclistes et les coureurs. 

À lire aussi: Territoires protégés : Sherbrooke relève la barre à 17 %

Réserve naturelle au Mont-Bellevue : la division s’intensifie

Selon les informations de La Tribune, il n'est pas exclu de trouver une façon de permettre aux cyclistes d'utiliser des sentiers sur le mont J.S.-Bourque. Il est question d'une certaine forme de compromis qui permettra aussi la conservation de la végétation.

Les intervenants concernés ont refusé de dévoiler la teneur du consensus qui s'est dégagé. Il resterait quand même quelques détails à régler.

Du même coup, les différents partenaires seraient à explorer les pistes pour trouver des sites supplémentaires où les amateurs de vélo de montagne pourraient pratiquer leur sport.

Rappelons que la Ville de Sherbrooke et l'Université de Sherbrooke ont dévoilé le projet de créer une réserve naturelle au mont Bellevue en octobre. Il était alors question d'exclure le vélo du mont J.S.-Bourque, où il n'avait par ailleurs jamais été permis. Le club Dalbix et Sentiers Sherbrooke ont soulevé des objections. Une pétition a aussi circulé pour éviter la répression contre les cyclistes. Une consultation publique où régnait la division s'est tenue le 8 novembre.

Une demande officielle de création d'une réserve naturelle devrait être déposée au gouvernement en décembre. Le processus de reconnaissance devrait durer un an, une année dans laquelle des ajustements seront encore possibles.