Mgr Gaumond était hospitalisé depuis le 8 décembre, puisqu’il souffrait de pertes cognitives.
Mgr Gaumond était hospitalisé depuis le 8 décembre, puisqu’il souffrait de pertes cognitives.

Monseigneur Gaumond n’est plus

Tommy Brochu
Tommy Brochu
La Tribune
Monseigneur André Gaumond, qui a été archevêque de Sherbrooke de 1996 à 2011, n’est plus. Âgé de 83 ans, il est décédé samedi après-midi à l’Hôtel-Dieu.

Mgr Gaumond était hospitalisé depuis le 8 décembre, puisqu’il souffrait de pertes cognitives, précise un communiqué de presse de l’Archidiocèse de Sherbrooke. « Son état s’est rapidement détérioré, obligeant son transfert à l’unité des soins intensifs. »

À LIRE AUSSI: Mgr André Gaumond a été hospitalisé

Un homme bon

« C’était un homme très bon et généreux, se souvient Gaétane Larose, qui a été l’attachée de presse de Mgr Gaumond durant 14 ans. La question des pauvres a toujours été une priorité. C’est la base même de l’évangile. »

« Il est arrivé dans une période de décroissance, rappelle-t-elle. Les fusions de paroisses, c’étaient des dossiers chauds qui provoquaient beaucoup de brouhaha. À la longue, ça s’est bien fait. »

À l’assemblée des évêques, Mgr Gaumond était très écouté, témoigne Mme Larose. « Il avait une grande sagesse, une profonde réflexion. C’était un homme réservé, même timide. Il était moins à l’aise dans les grands rassemblements. Dans l’intimité, c’était un homme très chaleureux, très simple aussi », mentionne-t-elle. 

« Je me souviens qu’il aimait beaucoup le mot “joie”, enchaîne-t-elle. C’est sans doute ça qui l’a rapproché beaucoup de la famille Marie-Jeunesse. Ce sont des jeunes qui sont joyeux et qui sourient beaucoup. Il était très présent avec eux. »

Mgr Gaumond a eu de grands souliers à chausser en 1996, lorsqu’il a remplacé Mgr Jean-Marie Fortier, un homme d’Église très apprécié en région. « [Mgr Fortier] avait tellement une personnalité forte, c’était un homme de relations publiques. Il était ici depuis plus de 25 ans et était très aimé. Ç’a été une difficulté pour Mgr Gaumont, qui avait une personnalité différente. Il a su animer son clergé et tous les bénévoles », considère Gaétane Larose.

Pour elle, diriger un diocèse dans le contexte actuel est une tâche importante. « Beaucoup de questions peuvent faire problème. Il y a eu quelques cas de pédophilie, qui n’ont pas été faciles à gérer », se remémore l’attachée de presse.

Mgr Gaumond admirait la profondeur et la réflexion du pape Benoit XVI. « En terme de personnalité, on peut les comparer. Ce sont des hommes réservés, on peut penser qu’ils sont froids. Ils sont très gentils, mais timides », résume-t-elle.