Donald Trump a déclaré qu'il souhaitait une législation prévoyant des «vérifications approfondies des antécédents» pour les utilisateurs d'armes à feu.

Trump dit vouloir renforcer les lois sur les armes, mais donne peu de détails [VIDÉO]

WASHINGTON — Le président Donald Trump a condamné lundi les fusillades du week-end au Texas et dans l'Ohio, qu'il a qualifiées d'attaques «barbares» et de crimes «contre toute l'humanité», appelant à une coopération bipartite pour renforcer les lois sur les armes à feu du pays.

M. Trump a déclaré qu'il souhaitait une législation prévoyant des «vérifications approfondies des antécédents» pour les utilisateurs d'armes à feu, mais il a fourni peu de détails à ce sujet et a déjà renié des promesses antérieures faites après d'autres fusillades.

M. Trump a parlé lundi, depuis la Maison-Blanche, des deux fusillades qui ont fait 31 morts et des dizaines de blessés. Il avait aussi suggéré, très tôt sur Twitter, qu'un projet de loi sur la vérification des antécédents pourrait être associé à ses efforts visant à renforcer le système d'immigration du pays.

Mais il n'a pas dit comment ni pourquoi il liait les deux enjeux. Les deux suspects étaient des citoyens américains, et des responsables fédéraux enquêtent sur la possibilité qu'un biais anti-immigration soit le motif du massacre d'El Paso, au Texas.

«D'une seule voix, notre nation doit condamner le racisme, le fanatisme et la suprématie blanche», a déclaré M. Trump, ajoutant qu'il avait demandé au FBI d'examiner les mesures à prendre pour identifier et combattre le terrorisme national. «Ces idéologies sinistres doivent être vaincues. La haine n'a pas sa place en Amérique», a-t-il déclaré.

M. Trump a souvent cherché à établir un lien entre ses priorités en matière d'immigration - un mur frontalier et la transformation du système d'immigration légale en un système privilégiant le mérite au détriment des liens familiaux - et une législation autour de laquelle il semble y avoir un élan.

Au cours du week-end, M. Trump a tenté de garantir aux Américains qu'il s'occuperait du problème et a défendu son administration à la lumière des critiques qui ont suivi les plus récentes tueries.

«Nous en avons fait beaucoup plus que la plupart des administrations précédentes», a-t-il déclaré, sans plus de précision. «Nous avons fait beaucoup de choses. Mais peut-être qu'il reste encore beaucoup à faire.»

Le Congrès s'est révélé incapable de voter pour une législation substantielle pour lutter contre la violence par arme à feu au cours de la plus récente session, malgré la fréquence des fusillades de masse, en grande partie à cause de la résistance des républicains, en particulier au sein du Sénat contrôlé par le parti. Cette dynamique politique semble difficile à changer.

Et M. Trump lui-même a déjà renié ses promesses de renforcer les lois sur les armes à feu.

Après d'autres fusillades à grande échelle, il a appelé au renforcement du système fédéral de vérification des antécédents. En 2018, il a signé une loi visant à accroître le partage des données des agences fédérales dans le système. Mais il a résisté aux appels démocrates visant à renforcer d'autres lois sur le contrôle des armes à feu.

Lundi, il a également déclaré que «les troubles mentaux et la haine ont appuyé sur la gâchette» lors des récentes fusillades, et «non les armes à feu».

+