Mike Pompeo avait annoncé jeudi qu'il se rendrait pour la quatrième fois à Pyongyang la semaine prochaine.

Trump annule le voyage de Pompeo à Pyongyang et accuse Pékin

WASHINGTON — Donald Trump a annulé vendredi le nouveau voyage de son secrétaire d'État Mike Pompeo en Corée du Nord, manifestant pour la première fois depuis son sommet historique avec Kim Jong Un sa frustration face à l'absence de progrès sur la dénucléarisation.

Dans une salve de tweets, le président des États-Unis a en partie imputé cette impasse à Pékin, sur fond de bras de fer commercial.

«En raison de notre position beaucoup plus dure sur le commerce à l'égard de la Chine, je pense qu'ils n'aident plus comme avant dans le processus de dénucléarisation (malgré l'existence de sanctions de l'ONU)», a-t-il déploré, alors que la pression chinoise avait été jugée cruciale pour pousser Pyongyang à la table des négociations.

Du coup, Donald Trump a dit avoir demandé à Mike Pompeo, qui avait annoncé jeudi qu'il se rendrait pour la quatrième fois à Pyongyang la semaine prochaine, «de ne pas aller en Corée du Nord à ce stade».

«J'ai le sentiment que nous ne faisons pas suffisamment de progrès en matière de dénucléarisation de la péninsule coréenne», a-t-il justifié. Selon lui, le chef de la diplomatie américaine pourra reprogrammer son voyage «dans un avenir proche, probablement une fois que nous aurons trouvé une solution à nos relations commerciales avec la Chine», qui font actuellement l'objet de négociations pour renouer le dialogue au point mort depuis deux mois.

Depuis son sommet historique du 12 juin avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un à Singapour, Donald Trump s'était montré résolument optimiste, vantant leur excellente relation personnelle naissante et allant jusqu'à déclarer, un peu vite, la fin de la «menace nucléaire de la part de la Corée du Nord».

C'est la première fois qu'il exprime aussi clairement son mécontentement et son impatience face à l'absence de résultats tangibles. Mais juste avant le sommet de Singapour, il avait aussi annoncé son annulation, avant de finalement confirmer sa tenue.

Dans un tweet, Donald Trump adresse d'ailleurs vendredi ses «salutations les plus chaleureuses au président Kim». «J'ai hâte de le revoir!», conclut-il.

Nouvel envoyé spécial

À Singapour, la toute première rencontre entre un président des États-Unis en exercice et un numéro un nord-coréen avait abouti à des résultats mitigés. D'un côté, elle éloignait les risques de confrontation armée en concrétisant le spectaculaire réchauffement entre deux pays ennemis qui échangeaient, quelques mois plus tôt, menaces nucléaires et invectives sur fond d'essais atomiques et de tirs de missiles de la part de Pyongyang.

Mais dans la déclaration finale, Kim Jong Un avait seulement réitéré un engagement ancien et vague en faveur d'une «dénucléarisation complète de la péninsule coréenne», dont les modalités et le calendrier ont été repoussés à des négociations de suivi, bien loin de l'objectif initial des États-Unis, à savoir une «dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible».

Depuis, Mike Pompeo répète à l'envi que le leader nord-coréen a accepté, oralement, le principe d'une «dénucléarisation définitive et complètement vérifiée de la Corée du Nord», selon la nouvelle expression en vigueur à Washington. Sans avoir décroché d'avancée concrète à ce stade en matière de désarmement, hormis la suspension des tirs nord-coréens et le démantèlement apparent d'un site d'essais nucléaires, deux gestes qui remontent toutefois à avant le sommet Trump-Kim.

Plusieurs rapports, de l'ONU comme de l'Agence internationale de l'énergie atomique, ont confirmé que le régime nord-coréen poursuivait ses activités nucléaires.

«Nous partageons ces inquiétudes», a reconnu jeudi la porte-parole de la diplomatie américaine Heather Nauert.

Avant l'annulation surprise de son voyage, Mike Pompeo espérait encaisser des «progrès diplomatiques» en se rendant à Pyongyang accompagné de Steve Biegun, le nouvel envoyé spécial qu'il vient de nommer pour débloquer les difficiles tractations.

Mike Pompeo était rentré bredouille d'une précédente visite en juillet, et les autorités nord-coréennes avaient dénoncé les méthodes de «gangster» des Américains, accusés de vouloir obtenir leur désarmement unilatéral sans faire de concession à chaque étape. Washington appelle de fait la communauté internationale à maintenir la pression et les sanctions tant que Pyongyang n'aura pas abandonné ses armes nucléaires.

«Il est temps que les États-Unis changent radicalement leur approche», estimait Evans Revere, du cercle de réflexion Brookings Institution, dans un rapport publié juste avant ces derniers soubresauts. «L'administration Trump a besoin d'un plan B pour faire face à la probabilité que Pyongyang soit en train de faire ce qu'il a fait avec toutes les précédentes administrations américaines: gagner du temps au nom de la diplomatie et des négociations.»