Edward Snowden souhaite rentrer aux États-Unis, mais à condition d'avoir un procès équitable.

Snowden prêt à rentrer aux États-Unis si son procès est «juste»

WASHINGTON — Rentrer aux États-Unis est «mon but ultime», mais «je veux un procès juste», a déclaré le lanceur d’alerte américain Edward Snowden dans un entretien diffusé lundi sur la chaîne CBS à la veille de la publication de ses mémoires.

Réfugié en Russie depuis qu’il a dénoncé la surveillance massive des communications et d’internet dans son pays en 2013, cet ancien employé de l’agence américaine de renseignement NSA est inculpé aux États-Unis pour espionnage et vols de secrets d’État.

«J’aimerais rentrer aux États-Unis, c’est mon but ultime, mais je ne vais pas passer le reste de ma vie en prison», confie-t-il à CBS. «Donc j’ai une revendication de base sur laquelle il faut qu’on se mette tous d’accord: c’est que je puisse avoir un procès juste.»

«Je ne demande pas de pardon» ni de «passe-droit», poursuit-il, en accusant les autorités américaines de prévoir «un procès d’un autre type» avec «des procédures spéciales».

«Elles ne veulent pas que le jury considère les motivations qui m’ont poussé à agir. […] Elles veulent seulement qu’il examine si mes actions étaient légales ou illégales, pas si elles étaient justes ou mauvaises», regrette-t-il.

«Il n’est pas dur de bâtir un argumentaire pour dire que j’ai violé la loi», reconnaît Edward Snowden. Mais selon lui «c’est la question la moins intéressante» et il faudrait que les jurés s’interrogent plutôt sur les conséquences de ses actions : «Ont-elles bénéficié aux États unis ou causé du mal ?»

Face à cette impasse, Edward Snowden a demandé l’asile à une vingtaine de pays, dont l’Allemagne et la France, qui lui ont refusé pour des raisons variées. «On va voir comment ils gèrent les réactions à mon nouveau livre», glisse-t-il.

Ses mémoires, publiées simultanément dans une vingtaine de pays, dont les États-Unis, la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni, le Brésil ou encore Taïwan, sortiront mardi.

Écrit entièrement par Edward Snowden lui-même, l’ouvrage est publié aux États-Unis par Metropolitan Books (Macmillan) sous le titre  «Permanent record». La version française intitulée «Mémoire vive» paraît aux éditions du Seuil.