Quatre politiciennes pressenties pour être colistière du candidat démocrate à l’élection présidentielle américaine, Joe Biden (de gauche à droite et de haut en bas): la sénatrice californienne Kamala Harris; la sénatrice Elizabeth Warren; l’ex-candidate à aspirer au poste de gouverneure de la Géorgie Stacey Abrams; et la sénatrice Amy Klobuchar.
Quatre politiciennes pressenties pour être colistière du candidat démocrate à l’élection présidentielle américaine, Joe Biden (de gauche à droite et de haut en bas): la sénatrice californienne Kamala Harris; la sénatrice Elizabeth Warren; l’ex-candidate à aspirer au poste de gouverneure de la Géorgie Stacey Abrams; et la sénatrice Amy Klobuchar.

Quelle colistière pour Joe Biden?

WASHINGTON — Plus jeune, issue des minorités, plus progressiste ou sachant attirer les électeurs du Midwest? Tour d’horizon des colistières potentielles dans le viseur de Joe Biden, vétéran septuagénaire de la politique qui a promis de choisir une femme pour devenir, en cas de victoire contre Donald Trump, la première vice-présidente des États-Unis.

Vainqueur d’une primaire démocrate qui avait démarré avec un nombre record de candidates, affichant une diversité inédite, l’ancien vice-président de Barack Obama, 77 ans, doit rassembler le parti, notamment l’aile gauche, après l’abandon mercredi du sénateur indépendant Bernie Sanders.

Habitué des gaffes qui font planer le doute sur sa forme Joe Biden doit aussi rassurer sur son âge, en choisissant, sans doute, une colistière plus jeune et très qualifiée, car elle serait appelée à le remplacer s’il lui arrivait quelque chose à la Maison-Blanche.

Seules deux femmes ont jusqu’ici été nommées colistières aux États-Unis: la républicaine Sarah Palin en 2008 (John McCain) et la démocrate Geraldine Ferraro en 1984 (Walter Mondale), mais aucune d’entre elles n’est arrivée au pouvoir.

Joe Biden va étudier sérieusement «d’ici la fin du mois» les profils de la quinzaine de candidates qu’il dit avoir en tête.

Il a confié avoir demandé conseil à Barack Obama, dont il a été le vice-président pendant huit ans. L’ex-président démocrate lui a dit de trouver une colistière qui ait des «forces là où j’ai des faiblesses».

Kamala Harris

Filles d’immigrés, la sénatrice et ancienne candidate à la Maison-Blanche a, à 55 ans, déjà décroché plusieurs titres de pionnière: première femme et première personne noire à être élue procureure de la Californie puis, en 2017, première femme originaire d’Asie du Sud et seulement la seconde élue noire à siéger au Sénat.

Elle entretient depuis longtemps une relation chaleureuse avec Joe Biden. Mais des tensions ont marqué leurs campagnes pour l’investiture démocrate, notamment lors d’un échange très vif pendant un débat.

Ils se sont depuis réconciliés. La sénatrice le soutient et Joe Biden lui a fait un appel du pied marqué en lui déclarant publiquement mercredi: «en avançant ensemble, nous pouvons faire une grande différence».

Elizabeth Warren

Également ex-candidate à la primaire démocrate, la sénatrice progressiste de 70 ans a jeté l’éponge début mars, mais s’est gardée ensuite d’accorder son soutien à Bernie Sanders, un «ami» pourtant proche de ses idées.

De quoi laisser l’opportunité à Joe Biden de la choisir, en espérant, avec cette pourfendeuse de Wall Street, rallier une partie des électeurs plus à gauche?

Elle ne lui a toutefois pas non plus accordé son soutien, et l’a récemment jugé incapable de «répondre» à l’urgence du moment. Autre handicap: elle serait certainement attaquée par le camp Trump sur des origines amérindiennes très infimes qu’elle a longtemps revendiquées.

Amy Klobuchar

Fière d’être du Midwest, ces vastes régions rurales et industrielles qui ont en partie basculé pour Donald Trump, la sénatrice modérée de 59 ans a sans doute joué un rôle clé dans la victoire-surprise de Joe Biden, en mars, dans son État du Minnesota, en abandonnant la course et lui apportant son soutien juste avant le scrutin.

Stacey Abrams

Malgré sa tentative malheureuse, en 2018, de devenir la première femme gouverneure noire des États-Unis, en Géorgie, cette démocrate de 46 ans avait impressionné lors de sa campagne. Même Donald Trump, lui avait prédit «un très bel avenir politique».

Elle a fondé, à l’été 2019, l’organisation Fair Fight, qui vise à encourager la participation des électeurs démocrates, notamment des minorités.

Gretchen Whitmer

Gouverneure du Michigan depuis 2019, âgée de 48 ans, elle avait apporté son soutien à Joe Biden juste avant sa victoire-choc dans le Michigan, un État qui jouera un rôle clé lors de la présidentielle de novembre.

Joe Biden a salué cette semaine son «leadership à la fois impressionnant et important» dans sa carrière et sa gestion de la crise du coronavirus. «J’ai hâte de travailler avec vous», a-t-il ajouté.

Les autres pressenties

Plus bas dans les pronostics figurent deux élues d’origine hispanique, qui pourraient aider Joe Biden, à séduire cet électorat qui pèse de plus en plus aux États-Unis: Catherine Cortez Masto, 56 ans, représente le Nevada au Sénat américain depuis 2017 où elle a été la première latina à siéger. Michelle Lujan Grisham, 60 ans, est gouverneure de l’État du Nouveau-Mexique.

On parle aussi de Val Demings, 63 ans, élue démocrate de la Chambre des représentants, ainsi que des sénatrices Tammy Duckworth (Illinois, 52 ans) et Tammy Baldwin (Wisconsin, 58 ans).