Giuseppe Conte

Premier gouvernement populiste en Europe occidentale

MILAN — Le Mouvement 5 Étoiles et la Ligue du Nord, associée à l’extrême-droite, sont parvenus jeudi à former en Italie le premier gouvernement populiste d’Europe occidentale.

Ce nouveau gouvernement sera dirigé par un néophyte de la politique, Giuseppe Conte, dont la première tentative d’accéder au pouvoir a été rejetée, il y a quatre jours à peine, parce qu’un des ministres proposés représentait, selon le président de la République, un trop grand risque pour l’économie italienne.

Ce qui a fait la différence, c’est la décision du chef du Mouvement 5 Étoiles Luigi Di Maio et du chef de la Ligue du Nord Matteo Salvini de modifier la composition du gouvernement face aux craintes exprimées par les marchés financiers.

Paolo Savona, pressenti au départ pour occuper le ministère de l’Économie, a été déplacé au poste de ministre des Affaires européennes. La nomination du professeur d’économie de 81 ans, reconnu comme un eurosceptique, avait été refusée par le président Sergio Mattarella qui avait imposé son veto.

Une fois l’officialisation de l’alliance et de la prise de pouvoir par le Mouvement 5 Étoiles et la Ligue du Nord, la coalition n’a pas perdu de temps à mettre de l’avant son idéologie populiste.

Dans sa première déclaration publique dans sa région de Lombardie, Matteo Salvini a lancé à la foule de partisans qu’il voulait que l’Italie soit à nouveau «un acteur de l’Europe».

«Je veux que l’Italie soit à nouveau un acteur de l’Europe. Avec de bonnes manières et sans créer de désordre. Mais j’en ai assez des gouvernements qui passent le chapeau. Nous n’avons rien à envier à personne», a-t-il affirmé.

Tout juste avant, le président Sergio Mattarella avait confirmé que le nouveau premier ministre, un professeur de droit de l’Université de Florence associé au Mouvement 5 Étoiles Giuseppe Conte, et ses ministres seraient officiellement assermentés vendredi après-midi.

Il s’agit d’un revirement étonnant puisque dimanche dernier, Giuseppe Conte, qui était pressenti comme premier ministre, avait décidé de laisser dans l’impasse le président Mattarella pour retourner enseigner à l’université.

Jeudi soir, Giuseppe Conte est sorti de sa rencontre avec le président après avoir lu la liste de ses ministres et a promis de «travailler avec détermination pour améliorer la qualité de vie des Italiens».