Le photographe Jean-Claude Arnault, 72 ans, est une figure majeure de la culture suédoise.

Nobel de littérature: Jean-Claude Arnault condamné à deux ans de prison pour viol

COPENHAGUE — L’homme au centre d’un scandale d’agressions sexuelles et de crimes financiers qui ternit l’académie qui décerne le prix Nobel de littérature a été reconnu coupable de viol et condamné lundi à deux ans de prison.

Jean-Claude Arnault, 72 ans, figure majeure de la culture suédoise, avait déjà été accusé en 2011 d’avoir violé la même femme à deux reprises. Il avait été reconnu coupable d’un viol, mais acquitté de l’autre parce que la victime avait déclaré s’être endormie à l’époque et parce que les juges avaient estimé que son récit n’était pas fiable. Arnault avait nié les accusations.

Le tribunal de district de Stockholm a déclaré que la décision du juge et de trois jurés était unanime.

Elisabeth Massi Fritz, l’avocate de la victime, a déclaré que le verdict de lundi était important pour sa cliente et pour le mouvement  #moiaussi.

«(C’est) un grand soulagement pour ma cliente, qui croit aujourd’hui à la justice, a-t-elle déclaré. Aucune victime de viol ne devrait rester silencieuse, aucune victime de viol ne devrait se sentir coupable ou honteuse.»

La juge Gudrun Antemar a déclaré que le rôle du tribunal était de décider si le procureur avait prouvé les accusations hors de tout doute raisonnable.

«La cour conclut que les preuves sont suffisantes pour déclarer l’accusé coupable d’un des événements», a-t-elle déclaré, ajoutant que les preuves «consistaient principalement en des déclarations faites au cours du procès par la partie lésée et plusieurs témoins».

En Suède, le viol est punissable d’un minimum de deux ans et d’un maximum de six ans d’emprisonnement.

«Nous sommes évidemment déçus, a déclaré à la presse locale Bjorn Hurtig, l’avocat de Arnault. Je lui ai parlé il y a quelques minutes et son ordre était de commencer à faire appel.»

La procureure Christina Voigt avait requis trois ans de prison pour Arnault, un photographe français qui dirigeait un centre culturel à Stockholm, qui avait des liens financiers avec l’Académie suédoise et qui était une figure clé de l’élite culturelle suédoise.

Malgré la notoriété d’Arnault en Suède, Mme Voigt a déclaré à l’agence de presse suédoise TT que «cette affaire n’est pas différente de tout autre procès pour viol».

Arnault est marié à Katarina Frostenson, une membre de l’Académie suédoise et poète. C’est la raison pour laquelle la célèbre, mais très secrète organisation littéraire se retrouve aujourd’hui plongée dans une telle tourmente.

L’affaire a débuté en novembre, lorsque 18 femmes ont publié dans un journal suédois des accusations d’agression sexuelle contre Arnault.

En avril, l’Académie suédoise a déclaré qu’une enquête interne sur des accusations d’inconduite sexuelle avait révélé qu’un «comportement inacceptable sous la forme d’une intimité non désirée» avait eu lieu dans les rangs de la prestigieuse institution. Cela a conduit à l’enquête de la police.

Un débat interne amer a ensuite éclaté sur le comportement d’Arnault. Sept des 18 membres de l’académie ont été forcés de partir ou ont démissionné en avril, notamment sa femme et la première femme à diriger l’école, Sara Danius.

Commentant le verdict rendu lundi, Peter Englund, l’un des membres de l’Académie suédoise qui a démissionné en avril, a déclaré à TT qu’il était «très heureux» que justice soit rendue.

En mai, l’académie a annoncé qu’aucun prix Nobel de littérature ne serait attribué cette année et que deux prix - 2018 et 2019 - seraient décernés l’année prochaine.

Cependant, rien ne garantit que cela se produira.

Lars Heikensten, le président de la Fondation Nobel, a averti que si l’Académie suédoise ne réglait pas son image ternie, son organisation pourrait décider qu’un autre groupe serait un meilleur hôte. Il a même suggéré qu’aucun prix Nobel de littérature ne serait attribué en 2019 non plus.

Jean-Claude Arnault