Dans sa plainte, Amazon demande au Pentagone de «réévaluer les offres de manière juste et sans influence inappropriée, directe ou indirecte».

Mégacontrat du Pentagone: Amazon accuse Trump d’avoir fait pression

NEW YORK — Amazon a accusé directement le président américain Donald Trump d’avoir influencé l’attribution par le Pentagone, fin octobre, d’un mégacontrat de stockage de données en ligne (cloud) de 10 milliards $ à Microsoft, selon un document judiciaire rendu public lundi.

Selon le géant du commerce en ligne, le locataire de la Maison-Blanche a «mené de manière répétée des attaques publiques et en coulisses» pour qu’Amazon n’obtienne pas le contrat JEDI (Joint Enterprise Defense Infrastructure), d’une durée de dix ans, qui vise à moderniser la totalité des systèmes informatiques des forces armées américaines dans un système géré par intelligence artificielle.

La division Amazon Web Services (AWS), qui domine le secteur du cloud computing et fournit des serveurs sécurisés à d’autres organismes gouvernementaux américains, dont la CIA, était considérée comme favorite pour l’obtention du contrat.

«Vendetta»

Dans un document d’une centaine de pages, le groupe de Seattle estime que l’inimitié de Donald Trump envers le patron d’Amazon Jeff Bezos, «perçu comme un ennemi politique» a joué un rôle conséquent dans la décision du Pentagone.

M. Bezos est la cible fréquente d’attaques virulentes de la part du président républicain, notamment en raison de son investissement dans le Washington Post, un des journaux quotidiens parmi les plus critiques de M. Trump et de son gouvernement.

«Le président des États-Unis et commandant en chef de notre armée s’est servi de son pouvoir pour “dégager Amazon” du contrat JEDI dans le cadre d’une vendetta personnelle et hautement médiatisée contre M. Bezos, Amazon et le Washington Post», affirme le document.

Dans cette plainte, Amazon demande au Pentagone de «réévaluer les offres de manière juste et sans influence inappropriée, directe ou indirecte».

«La question à se poser est la suivante : le président des États-Unis devrait-il être autorisé à utiliser le budget du ministère de la Défense à des fins personnelles et politiques?» assène le groupe.