Londres demande aux géants du Web d’agir contre la pédo-pornographie

LONDRES — Le ministre britannique de l’Intérieur, Sajid Javid, a exigé lundi que les géants du Web renforcent leur lutte contre les contenus pédo-pornographiques en ligne, révélant que 80 000 usagers d’Internet posent une menace pour les enfants au Royaume-Uni.

«J’ai été impressionné par les progrès réalisés par Google, Facebook, Microsoft, Twitter et consorts dans la suppression des contenus à caractère terroriste de leurs plateformes», a déclaré le ministre lors d’un discours à Londres devant la Société nationale de prévention de la cruauté envers les enfants (NSPCC).

«Désormais, je veux voir le même niveau d’engagement de la part de ces entreprises contre l’exploitation sexuelle des enfants», a-t-il ajouté. «Le menace évolue plus vite que la réponse apportée par les entreprises, elles ne suivent pas le rythme».

Alors que le nombre d’images pédo-pornographique signalées aux autorités a été multiplié par huit en cinq ans, Sajid Javid a exigé des entreprises du web qu’elles bloquent les échanges de tels contenus, repèrent et empêchent les prédateurs sexuels de sévir sur les réseaux sociaux, et qu’elles mettent fin à la diffusion en direct de vidéos montrant des comportements répréhensibles.

Il a annoncé que son gouvernement prendrait des mesures contraignantes si les entreprises du Web ne renforçaient pas elles-mêmes leurs politiques.

Parallèlement, le ministère de l’Intérieur va consacrer 21,5 millions de livres supplémentaires sur les 18 prochains mois pour «réduire le volume d’infractions et poursuivre les agresseurs les plus dangereux».

Sajid Javid a révélé que 80 000 usagers d’internet posaient «une menace d’ordre sexuel» contre les enfants au Royaume-Uni, selon les chiffres de la National Crime Agency (NCA), agence britannique de lutte contre le crime.

Selon le Centre d’expertise sur les abus sexuels sur mineurs (CSA), 15 % des filles et 5 % des garçons ont subi une forme d’abus sexuel avant l’âge de 16 ans au Royaume-Uni.

«Le groupe Facebook collabore étroitement avec des experts de la protection de l’enfance, la police et des entreprises technologiques pour bloquer et supprimer» les contenus abusifs, a réagi un porte-parole du réseau social dans un communiqué.

«Nous convenons avec le ministre de l’Intérieur qu’en continuant à travailler ensemble dans cette direction, nous pouvons progresser plus rapidement», a-t-il ajouté.