Le président du Pérou Alan Garcia au Machu Picchu, en juillet 2011

L’ex-président péruvien Alan Garcia se suicide au moment de son arrestation

LIMA, Pérou - L’ancien président péruvien Alan García est mort mercredi après s’être tiré une balle dans la tête, quelques instants après que la police eut tenté de l’arrêter. Il faisait face à des allégations de corruption dans une vaste enquête à travers l’Amérique latine.

Le président Martin Vizcarra a annoncé sur Twitter que M. García avait rendu l’âme après une opération d’urgence dans un hôpital de la capitale, Lima. Les médecins ont déclaré avoir tenté une réanimation cardiaque à trois reprises alors qu’ils tentaient de lui sauver la vie.

La mort troublante de l’homme qui a dirigé le Pérou à deux reprises, mais qui s’est récemment retrouvé pris dans le scandale de corruption d’Odebrecht, survient alors que le pays est plongé dans une tourmente nationale liée à la corruption qui implique presque tous les anciens présidents encore vivants.

Alan García, âgé de 69 ans, avait clamé son innocence à plusieurs reprises et disait avoir été victime de faux témoignage de la part d’ennemis politiques qui l’auraient accusé d’avoir accepté plus de 100 000 $ US du géant de la construction brésilien. Dans un accord conclu en 2016 avec le département américain de la Justice, Odebrecht avait reconnu avoir versé près de 800 millions $ US à travers toute l’Amérique latine en échange de lucratifs contrats de travaux publics.

L’ancien avocat du président a accusé mercredi les autorités d’avoir omis de préciser à M. García les raisons de son arrestation lorsque les policiers se sont présentés chez lui.

Le ministre de l’Intérieur, Carlos Morán, a déclaré que les policiers avaient trouvé M. García au deuxième étage de son domicile à leur arrivée. Il aurait demandé de pouvoir appeler son avocat, serait entré dans une chambre et aurait fermé la porte derrière lui.

«Quelques minutes plus tard, des coups de feu ont été entendus», a rapporté M. Morán. «La police est entrée de force dans la pièce et l’a trouvé.»

Il a été immédiatement transporté à l’hôpital, selon le ministère de la Santé, mais les médecins n’ont pas pu le sauver.

Il y a quatre mois, M. García avait tenté de demander l’asile en Uruguay, mais sa demande avait été rejetée.

La semaine dernière, un autre ancien président péruvien, Pedro Pablo Kuczynski, a également été arrêté pour blanchiment d’argent dans le cadre de cette même enquête.