La ville de Sapporo pourrait être en bonne position pour organiser les Jeux olympiques d’hiver de 2030.
La ville de Sapporo pourrait être en bonne position pour organiser les Jeux olympiques d’hiver de 2030.

Les Jeux olympiques de Tokyo pourraient aider la cause de Sapporo pour 2030

TOKYO - Le président du Comité olympique japonais a révélé que si Tokyo parvient à tenir les Jeux d’été l’année prochaine, la ville de Sapporo pourrait être en bonne position pour organiser les Jeux olympiques d’hiver de 2030.

Yasuhiro Yamashita, un ancien médaillé d’or olympique en judo, a reconnu en conférence de presse qu’il sera difficile d’organiser les Jeux olympiques l’année prochaine. Et il a souligné que personne ne peut connaître l’état de la pandémie de coronavirus dans quelques mois ou l’année prochaine.

« Nous avons entendu de nombreuses préoccupations quant à savoir si les Jeux olympiques et paralympiques peuvent effectivement avoir lieu ainsi que des suggestions pour annuler les jeux, a précisé Yamashita. Nous traversons actuellement une situation que personne n’a jamais connue auparavant et nous aimerions nous concentrer sur ce que nous devons faire maintenant. »

Il a ajouté que si les Jeux olympiques de Tokyo « se déroulent avec succès, alors nous pouvons avoir une perspective claire de la possibilité d’accueillir ceux de 2030 » à Sapporo.

Les marathons et les épreuves de marche athlétique des Jeux olympiques de l’année prochaine ont été déplacés à Sapporo en raison du temps plus frais. Cela donnera à la ville du nord du Japon une occasion de se mettre en valeur auprès des dirigeants du CIO.

Le Japon a déjà fait connaître son intérêt pour 2030, mais pourrait être en concurrence avec Salt Lake City, ou une candidature espagnole liée à Barcelone et aux Pyrénées.

Sapporo a organisé les Jeux olympiques d’hiver de 1972 et Salt Lake a été l’hôte en 2002. Barcelone a organisé les Jeux olympiques d’été de 1992.

Pékin organisera les Jeux olympiques d’hiver de 2022, suivis en 2026 des villes italiennes de Milan et Cortina d’Ampezzo.

Yamashita a également souligné qu’il soutenait les propositions du comité d’organisation de Tokyo et du Comité international olympique pour « simplifier » les Jeux olympiques de l’année prochaine.

Ni le CIO ni les organisateurs locaux n’ont fourni de détails sur ce qui sera éliminé. Ils ont mentionné que les épreuves sportives ne seront pas réduites, pas plus que le quota de 11 000 athlètes olympiques et 4400 paralympiens.

Les estimations au Japon suggèrent que le délai d’un an coûtera entre 2 et 6 milliards $ US, la plupart des dépenses incombant aux contribuables japonais.

« Nous ne gagnerons pas le soutien des citoyens japonais à moins de simplifier les jeux et de nous concentrer moins sur le tape-à-l’oeil et davantage sur l’efficacité », a conclu Yamashita.