Une quarantaine de personnes auraient aussi été arrêtées en sol américain, selon la chaîne CNN.

Le Mexique promet de resserrer la sécurité à la frontière

TIJUANA, Mexique - Le Mexique a promis de resserrer la sécurité le long de sa frontière avec les États-Unis après que certains migrants eurent tenté de la franchir par la force, dimanche.

Une quarantaine de personnes auraient aussi été arrêtées en sol américain, selon la chaîne CNN.

Le ministère mexicain de l’Intérieur a prévenu dimanche qu’il déportera immédiatement ceux qui essaient d’entrer aux États-Unis «par la violence», depuis la ville de Tijuana.

Plus de 5000 migrants campent dans et autour un complexe sportif à Tijuana après avoir traversé le Mexique ces dernières semaines. Plusieurs espèrent faire une demande d’asile aux États-Unis, mais les agents du point d’entrée de San Ysidro traitent moins de 100 demandes d’asile par jour.

Certains des migrants partis dimanche vers la frontière se sont encouragés entre eux à rester pacifiques. Ils ont semblé traverser facilement le blocus de la police mexicaine sans recourir à la violence.

Une deuxième file de policiers mexicains portant des boucliers anti-émeute en plastique montait la garde devant un bureau des douanes et de l’immigration mexicaine, vers lequel les migrants se dirigeaient.

Les migrants ont simplement contourné le barrage policier et traversé la rivière Tijuana à pied pour rejoindre la frontière. La situation a dégénéré quand certains d’entre eux ont commencé à escalader la clôture ou à arracher des feuilles de métal pour pouvoir passer. C’est à ce moment que les agents américains ont tiré des gaz lacrymogènes.

S’exprimant sur Twitter lundi, le président américain Donald Trump a demandé au Mexique de renvoyer les «migrants, dont certains sont des criminels endurcis, vers leurs pays». Il a ensuite prévenu qu’»ils n’entreront PAS aux États-Unis». Il a également menacé de fermer la frontière de façon permanente, si cela est nécessaire.