Le pape est accueilli par des enfants à Rabat, au Maroc.

Le Maroc, modèle de modération religieuse et d’accueil des migrants, dit le pape

RABAT, Maroc — Entamant un voyage dans le royaume, le pape François a salué samedi le Maroc comme modèle de modération religieuse et d’accueil des migrants.

Le souverain pontife a rappelé que les murailles et la peur n’empêcheraient pas les gens d’exercer leur droit légitime de chercher une vie meilleure ailleurs.

Le roi Mohamed VI a accueilli François à son arrivée sous une pluie torrentielle inhabituelle à cette période de l’année. Le pape a amorcé une visite d’une durée de 27 heures dont l’objectif est de renforcer les liens entre chrétiens et musulmans tout à faire preuve de solidarité avec la communauté immigrante toujours croissante du Maroc.

L’année dernière, le Maroc est devenu la principale destination des migrants d’Afrique subsaharienne souhaitant rejoindre l’Europe par l’Espagne. L’afflux a mis à rude épreuve les ressources du royaume et alimenté le sentiment anti-migrant en Espagne avant les élections générales du 28 avril.

Après l’accueil à l’aéroport, le pape et le roi ont pris des véhicules distincts: François dans sa papemobile et Mohamed VI dans une Mercedes décapotable.

François a dit au roi qu’il espérait que le Maroc continuerait à être un modèle d’humanité, d’accueil et de protection des migrants.

«La question de la migration ne sera jamais résolue en élevant des barrières, en fomentant la peur des autres ou en refusant l’aide à ceux qui aspirent légitimement à une vie meilleure pour eux-mêmes et leurs familles», a-t-il déclaré.

C’est le message que l’évêque de Rome devrait répéter plus tard dans la journée lorsqu’il rencontrera des migrants dans un centre géré par l’organisme de charité Caritas de l’Église catholique.

Le Maroc, royaume sunnite de 36 millions d’habitants, a réformé sa politique religieuse et son éducation afin de limiter la propagation de l’intégrisme en 2004, à la suite des attentats terroristes à la bombe perpétrés à Casablanca en 2003, qui ont coûté la vie à 43 personnes.

L’Institut Mohammed VI, une école d’apprentissage pour les imams, enseigne un islam modéré et l’exporte par l’intermédiaire de prédicateurs en Afrique, au Moyen-Orient et en Europe. Le pape a visité l’endroit Francis était en visite à l’institut, samedi.

Il a fait l’éloge de l’école, affirmant qu’elle «cherche à fournir une formation efficace et solide pour lutter contre toutes les formes d’extrémisme, qui mènent si souvent à la violence et au terrorisme, et qui, en tout état de cause, constituent un délit contre la religion et contre Dieu lui-même».

Selon Mohammed VI, l’éducation est la clé de la lutte contre le radicalisme, pas la répression militaire.

«Ce que tous les terroristes ont en commun, ce n’est pas la religion, mais plutôt l’ignorance de la religion», a-t-il souligné.