Le milliardaire républicain Donald Trump est devenu président des États-Unis en janvier.

L'année 2017 dans le monde

PARIS — De l’investiture de Donald Trump aux catastrophes climatiques, en passant par la Catalogne ou les tirs de missiles nord-coréens, rappel des moments-clés ayant marqué 2017.

Une année Trump

Le 20 janvier, le milliardaire républicain Donald Trump, 70 ans, devient président des États-Unis avec pour slogan: «l’Amérique d’abord», mais les soupçons de collusion avec la Russie empoisonnent son début de mandat.

À coups de tweets matinaux, il s’attache à défaire le bilan de son prédécesseur démocrate Barack Obama, quittant ou menaçant de quitter plusieurs accords internationaux (libre-échange, climat, immigration, santé, Unesco). Le 6 décembre, nouvelle rupture: il reconnaît Jérusalem comme la capitale d’Israël, essuyant une large condamnation à l’ONU.

Le 20 décembre, il savoure sa première réforme majeure, avec le vote d’une grande réforme fiscale.

Début du Brexit

Le 29 mars, Londres lance la procédure de sortie de l’Union européenne, neuf mois après un référendum qui a divisé le pays.

Le 8 juin, la première ministre conservatrice Theresa May, espérant renforcer sa position au Parlement, convoque des législatives anticipées. Mais sa majorité en sort affaiblie. Le 8 décembre, après des mois de discussions, Bruxelles et Londres s’accordent sur les modalités de leur divorce.

Séisme politique en France

En mai, Emmanuel Macron, remporte largement la présidentielle en France.

Le 7 mai, le centriste pro-européen Emmanuel Macron, 39 ans, remporte largement la présidentielle en France face à la candidate d’extrême droite Marine Le Pen. À la tête de son mouvement En Marche!, créé un an auparavant, il écarte pour la première fois de l’Élysée les deux grands partis de gouvernement, le Parti socialiste et Les Républicains (LR).

Le Moyen-Orient en ébullition

Le 5 juin, Ryad et ses alliés rompent leurs relations avec le Qatar, l’accusant de soutenir des groupes islamistes radicaux et d’être trop proche de l’Iran chiite, grand rival régional de l’Arabie saoudite sunnite.

En novembre, la démission (retirée depuis) du premier ministre libanais Saad Hariri, qui, de Ryad, accuse l’Iran d’ingérence, accroît les tensions entre l’Arabie saoudite et l’Iran. Ryad voit aussi la main de Téhéran, qui dément, derrière la rébellion des Houthis au Yémen, théâtre de la «pire crise humanitaire au monde», selon l’ONU.

Venezuela: naufrage économique

Le 30 juillet, une Assemblée constituante, dotée de pouvoirs illimités et boycottée par l’opposition, est élue après quatre mois de violentes manifestations. Elle révoque la procureure générale Luisa Ortega, farouche adversaire du président Nicolas Maduro, puis s’arroge les pouvoirs du Parlement.

Le pays, ruiné par l’effondrement des cours du brut, est considéré comme étant en défaut de paiement partiel.

L’escalade Pyongyang

Fin novembre, Kim Jong-Un déclare que la Corée du Nord est un État nucléaire.

Le 3 septembre, la Corée du Nord, qui a multiplié les tirs de missiles, mène son sixième essai nucléaire, le plus puissant à ce jour.

Fin novembre, le dirigeant Kim Jong-Un déclare que son pays est devenu un État nucléaire après avoir testé avec succès un missile capable de frapper n’importe où aux États-Unis. Donald Trump menace de «détruire totalement» la Corée du Nord en cas d’attaque.

Le 22 décembre, l’ONU durcit les sanctions contre la Corée du Nord.

Rohingyas: «épuration ethnique»

Après des attaques fin août contre des postes de police birmans, l’armée riposte avec des raids sur des villages rohingyas. Plus de 655 000 membres de cette minorité musulmane de Birmanie ont depuis fui au Bangladesh. Le 11 septembre, l’ONU dénonce une «épuration ethnique».

L’ONU accuse la Birmanie d’avoir «planifié» les attaques et évoque un possible «génocide».

Catalogne: tentative de sécession

Le 1er octobre, un référendum sur l’indépendance en Catalogne est organisé en dépit de son interdiction par la justice espagnole.

Le 27, le parlement catalan proclame unilatéralement l’indépendance. Madrid place la région sous tutelle et convoque des élections anticipées. Le président catalan destitué Carles Puigdemont se réfugie à Bruxelles pour échapper aux poursuites judiciaires.

Le 21 décembre, les partis indépendantistes remportent une majorité absolue en sièges au parlement catalan, mais les unionistes obtiennent le plus grand nombre de voix.

Weinstein, l’onde de choc

Le 5 octobre, le tout-puissant producteur hollywoodien Harvey Weinstein est accusé de harcèlement sexuel par plusieurs femmes.

Dans la foulée du scandale, les accusations d’agressions sexuelles, harcèlements ou viols se multiplient dans de nombreux pays, touchant, outre le cinéma, les médias et la politique.

Zimbabwe: Mugabe tombe

Le 21 novembre, Robert Mugabe, 93 ans, démissionne après 37 ans de règne, lâché par les militaires et son propre parti.

L’EI défait, mais pas éradiqué

En Syrie, le 17 octobre, le groupe djihadiste État islamique (EI) est chassé de Raqa par une coalition kurdo-arabe soutenue par Washington. En Irak, le 9 décembre, Bagdad annonce la victoire sur l’EI. Mais les deux pays restent confrontés à de périlleux défis avec des villes en ruine et une menace extrémiste persistante.

De nombreux autres pays, de l’Égypte à l’Afghanistan, en passant par l’Espagne, la Grande-Bretagne et la Somalie, ont de nouveau été frappés cette année par des attentats sanglants commis ou inspirés par l’EI, ainsi que par des groupes liés à Al-Qaïda.

Climat: phénomènes extrêmes

Deux ans après la signature de l’accord de Paris pour lutter contre le réchauffement de la planète, 2017, marquée par l’annonce, le 1er juin, du retrait américain de ce traité, a connu une série de catastrophes climatiques spectaculaires (ouragans, inondations, incendies) et devrait compter parmi les trois années les plus chaudes jamais recensées.