Donald Trump accompagné des ses enfants Eric (gauche), Ivanka et Donald Jr., à New York, en janvier 2017

La procureure générale de l’État de New York poursuit la Fondation Trump

NEW YORK - Une poursuite intentée par la procureure générale de l’État de New York affirme que le président Donald Trump a utilisé sa fondation caritative pour régler des différends commerciaux personnels et renforcer son image politique avec des dons dirigés par son personnel.

La Fondation Donald J. Trump «était un chéquier pour les paiements de M. Trump ou de ses entreprises à des organismes sans but lucratif, indépendamment de leur but ou de leur légalité», affirme la procureure générale démocrate Barbara Underwood, qui réclame la dissolution de la Fondation et la restitution de 2,8 millions $ US.

La poursuite prétend que la fondation a illégalement aidé à soutenir la campagne du candidat républicain en amassant des fonds lors d’une collecte de fonds télévisée nationale en janvier 2016, puis en permettant à des employés de la campagne de décider comment l’argent serait utilisé.

M. Trump s’est rapidement exprimé sur Twitter, qualifiant l’affaire de «ridicule» et affirmant qu’il ne réglerait pas la poursuite.

M. Trump avait promis, dans le passé, de ne jamais s’entendre avec d’anciens clients de l’Université Trump, mais il a accepté un règlement de 25 millions $ US l’an dernier.

L’avocate de la Fondation Sheri Dillon et une porte-parole de l’organisation Trump n’ont pas immédiatement répondu aux messages demandant des commentaires.

La mission de la fondation affirme que ses fonds doivent être utilisés «exclusivement à des fins caritatives, religieuses, scientifiques, littéraires ou éducatives», soit directement soit par le biais d’autres organisations, selon des documents présentés à la cour. Conformément aux règles fiscales fédérales, les documents constitutifs de l’organisme de bienfaisance indiquent qu’aucune de ses ressources ne peut bénéficier directement ou indirectement à ses administrateurs ou dirigeants et qu’aucune de ses activités ne peut bénéficier à un candidat politique, selon la poursuite.

Le prédécesseur de Mme Underwood, le démocrate Eric Schneiderman, avait commencé à s’intéresser à la Fondation en 2016, après la publication par le Washington Post d’un article selon lequel les dépenses de la Fondation profitaient personnellement au candidat présidentiel. Il avait ordonné à la Fondation de cesser toutes ses activités de financement dans l’État de New York.

La campagne Trump avait à ce moment promis de collaborer à l’enquête, après avoir accusé M. Schneiderman d’être un partisan de Hillary Clinton.

M. Schneiderman a démissionné le mois dernier, dans la foulée d’allégations selon lesquelles il aurait violenté ses conjointes.

«Les démocrates new-yorkais malhonnêtes et leur procureur général Eric Schneiderman, aujourd’hui déshonorés, font tout ce qu’ils peuvent pour me poursuivre au sujet d’une fondation qui a reçu 18 800 000 $ US et qui a donné plus d’argent à la charité, 19 200 000 $ US. Je ne vais pas régler cette affaire! ... «

Il ajoute ensuite: «(....) Schneiderman, qui a dirigé la campagne de Clinton à New York, n’a jamais eu le courage de déposer ces accusations ridicules, qui ont traîné dans leur bureau pendant près de 2 ans. Il a maintenant démissionné de son bureau en disgrâce, et ses disciples l’ont déposée quand on a refusé de régler».