Le Japon est situé à la jonction de quatre plaques tectoniques et subit chaque année quelque 20 % des séismes les plus forts recensés sur Terre.

Glissements de terrain après un séisme au Japon

TOKYO — Un puissant séisme de magnitude 6,6 a frappé jeudi l’île d’Hokkaido, la plus septentrionale des îles principales du Japon, causant des glissements de terrain, des coupures de courant et quelques blessés.

Le tremblement de terre s’est produit en pleine nuit à 62 km au sud-est de la capitale régionale, Sapporo.

Une réplique d’une magnitude de 5,3 a secoué la zone quelques instants plus tard et de petites secousses secondaires ont été ressenties tout le reste de la nuit.

L’Agence météorologique japonaise a mis en garde contre un léger changement du niveau de la mer dans les zones côtières à la suite du séisme, mais a précisé que cela ne devrait pas engendrer de dégâts.

Au moins quatre glissements de terrain ont été signalés après le séisme, a indiqué le porte-parole du gouvernement, Yoshihide Suga, ajoutant que six maisons se sont également effondrées.

Selon les pompiers cités par l’agence Kyodo, sept habitations se sont effondrées sur l’île et des opérations sont en cours pour secourir d’éventuelles victimes piégées sous les décombres.

«Nous exhortons les habitants des zones frappées par de fortes secousses à tenir compte des informations diffusées à la télévision et à la radio et à s’entraider», a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse.

Selon la compagnie Hokkaido Electric Power, 2,95 millions de foyers étaient privés d’électricité après le séisme.

«Le gouvernement va s’atteler à rétablir une situation normale en accordant la priorité absolue au sauvetage de vies humaines», a déclaré le premier ministre Shinzo Abe à la presse.

Les responsables ont mis en garde contre le risque de nouveaux tremblements de terre.

«Les fortes secousses secondaires ont souvent lieu dans les 2-3 jours suivants», a précisé Toshiyuki Matsumori, chargé de la surveillance des tsunamis et tremblements de terre à l’agence météorologique.

«Le risque d’effondrement d’habitations et de glissement de terrain risque d’avoir augmenté dans les zones qui ont connu de fortes secousses», a-t-il déclaré lors d’un point de presse.

«Nous exhortons les habitants à prêter attention à l’activité sismique et aux précipitations et à ne pas pénétrer dans des zones dangereuses», a-t-il encore insisté.

Les responsables ont mis en garde contre le risque de nouveaux tremblements de terre.

Après un typhon meurtrier 

Le Japon est situé à la jonction de quatre plaques tectoniques et subit chaque année quelque 20 % des séismes les plus forts recensés sur Terre.

Tout le monde garde en mémoire le terrible tremblement de terre et le tsunami du 11 mars 2011 qui ont tué plus de 18 500 personnes et causé la catastrophe nucléaire de Fukushima.

Ce séisme survient alors que l’archipel se remet à peine du passage du très puissant typhon Jebi qui a tué 11 personnes dans le sud-ouest.

Ce 21cyclone de la saison a laissé dans son sillage des maisons en tout ou partie détruites, des poteaux à terre, des arbres arrachés, des toitures envolées (comme à la gare de Kyoto), des grues affaissées ou des véhicules accidentés.

Le typhon a en outre inondé et isolé l’aéroport du Kansai (Kix), situé en mer sur une île artificielle au large d’Osaka. Quelque 3000 passagers et plusieurs centaines d’employés bloqués à l’intérieur durant une nuit ont été évacués mercredi.

Les autorités ne sont pas encore en mesure de dire quand cet aéroport rouvrira.