Elton John et le prince Harry ont annoncé un nouveau financement international de 1,2 milliard $ afin de «briser le cycle» de la transmission du VIH, alors que les scientifiques parlent de résultats décevants dans la quête d’un remède.

Elton John accuse la Russie d'homophobie

AMSTERDAM — Le chanteur Elton John s’est livré mardi à une violente tirade contre la Russie et l’Europe de l’Est, les accusant de «discrimination envers les gais», lors du deuxième jour de la conférence internationale sur le sida à Amsterdam.

Elton John et le prince Harry ont annoncé un nouveau financement international de 1,2 milliard $ afin de «briser le cycle» de la transmission du VIH, alors que les scientifiques parlent de résultats décevants dans la quête d’un remède.

Durant une conférence de presse suivant cette annonce, le chanteur a pointé du doigt la Russie et les pays d’Europe de l’Est. «Ces pays pratiquent une politique de discriminations importantes contre les membres de la communauté LGBT», a déploré Elton John. «Nous devons combattre cela.»

Si la star britannique a indiqué que les discriminations «ne concernent pas seulement l’Europe de l’Est», elles restent toutefois très courantes dans cette région du monde selon lui.

«L’Europe de l’Est est très homophobe, la communauté LGBT a la vie très dure là-bas», a insisté le chanteur lors d’un entretien donné à l’AFP.

Elton John a jugé indispensable de «travailler avec les gouvernements» en question. «Les politiques doivent être à la hauteur de l’enjeu. Ils peuvent mettre fin à cette épidémie rapidement [...] s’il vous plaît, pensez aux humains en tant qu’êtres égaux», a-t-il exhorté.

«Je ne suis pas le président Poutine ou le président Trump. Je ne suis pas à la tête d’un pays. Les hommes politiques ont besoin d’être plus humains», a-t-il lancé dans une tirade virulente. «S’il n’y avait pas ce sectarisme et cette haine, alors cette maladie pourrait être éradiquée bien plus rapidement qu’on puisse l’imaginer.»

Complaisance dangereuse

Lors de la deuxième journée de la conférence internationale sur le sida dans la capitale néerlandaise, Elton John et le prince Harry ont profité de leur célébrité pour tenter de mettre fin à la stigmatisation qui entoure le VIH ainsi qu’à protéger les générations futures.

Intitulée «MenStar Coalition», leur nouvelle initiative se concentrera sur les jeunes hommes, chez qui les infections au virus sont en hausse.

Selon Elton John, les hommes entre 24 et 35 ans ont un accès aux dépistages et aux traitements qui se trouve «à un taux inacceptable».

«Si nous voulons gagner ce combat, nous devons faire en sorte que les hommes fassent partie de la solution», a martelé le chanteur, qui milite depuis longtemps après avoir vu mourir du sida plusieurs de ses proches.

Les chercheurs ont annoncé lundi un certain recul dans la recherche d’un vaccin contre le virus, alors que les nouvelles infections sont de plus en plus nombreuses dans certaines parties du monde — particulièrement en Europe de l’Est et en Asie centrale.

«Les progrès pour lesquels nous nous sommes tant battus sont mis à mal par une dangereuse complaisance», a indiqué mardi matin le prince Harry dans une salle remplie d’auditeurs.

«Inspirée par le taux alarmant des nouvelles infections VIH parmi les jeunes femmes», ce partenariat s’attaque «courageusement à la racine du problème — le manque de sensibilisation sur la prévention du virus parmi les jeunes hommes», a-t-il ajouté.

Le duc de Sussex a exhorté la population mondiale à s’unir pour contrer «la stigmatisation mortelle» qui entoure le VIH, parlant d’un «préjugé toujours présent».

L’actrice sud-africaine Charlize Theron, qui a également fait le déplacement à Amsterdam mardi, a appuyé les propos du prince Harry, mais a choisi de mettre l’accent sur les femmes.

L’épidémie «n’est pas juste à propos du sexe ou de la sexualité», a-t-elle déclaré. «Nous savons que c’est lié au statut de deuxième classe donné aux femmes et aux jeunes filles dans le monde.»

+

ELTON JOHN INSPIRÉ PAR SES AMIS VICTIMES

Pour Elton John, la lutte contre le sida est une affaire personnelle. Et une source de frustration.

Annonçant mardi de nouvelles initiatives pour tenter de stopper la propagation du VIH, le virus qui cause le sida, le chanteur s’est souvenu des êtres aimés qu’il a perdus parmi les 35 millions de personnes déjà tuées par l’épidémie.

«J’ai perdu tant d’amis à cause du sida dans les années 1980, lorsque c’était la mort la plus horrible possible et qu’il n’y avait pas de remède ni de compassion. Et personne ne semblait s’en soucier», s’est rappelé la star britannique de 71 ans durant un entretien à l’AFP, lors de la 22e conférence internationale sur le sida à Amsterdam.

Elton John dit regretter avoir fait «si peu» à l’époque, ce qu’il tente de compenser aujourd’hui.

Elton John à Amsterdam à l'occasion de la conférence internationale sur le sida

«À ce moment-là, je consommais beaucoup de drogues. J’avais un problème. Et vous savez que lorsque vous prenez de la drogue, vous ne voyez pas la situation très clairement», a-t-il confié.

Bien qu’ayant donné «quelques concerts» et réalisé un album (That’s What Friends Are For) afin de récolter des fonds pour combattre l’épidémie, le chanteur dit «s’être senti tellement coupable de ne pas avoir fait assez».

Alors qu’il s’apprête à fêter sa 28e année de sobriété, il a expliqué: «Je voulais faire quelque chose que je pensais devoir faire... pour rattraper le temps perdu et c’était de faire quelque chose pour les personnes atteintes du VIH/sida.»

Fidèle à son habitude, la star était habillée de manière flamboyante, portant un costume couleur lilas et une chemise fleurie audacieuse, le tout rehaussé par des chaussettes à rayures oranges.

Arborant fièrement sur sa veste une broche rouge en forme de ruban, symbole de la lutte contre le sida, l’artiste a également dénoncé une homophobie persistante.

«Vraiment en colère»

Le regard ferme à travers ses lunettes teintées de rose, Elton John n’a pas hésité à utiliser un langage coloré pour exprimer sa frustration.

«Je suis tellement en colère d’être une personne gaie qui est juste... vous savez, traitée comme moins que les autres par ces gens», a-t-il lancé, s’exprimant sur la situation en Europe de l’Est et en Asie centrale — où les infections au VIH ont augmenté de 30% depuis 2010.

«Je déteste la situation en Russie», s’est exclamé le chanteur militant. «Je suis vraiment en colère à ce sujet. Cela dit, il doit y avoir un peu de colère dans ce que nous faisons. Mais nous n’avons aucune colère envers la maladie.»

Elton John a réitéré l’engagement de sa fondation contre le sida pour encourager la prévention et le traitement des contaminations par le VIH en Europe de l’Est.

Dans cette région, beaucoup sont poussés à la clandestinité, certains pour cacher leur homosexualité, d’autres pour s’injecter de la drogue, dans des pays où il est presque impossible de trouver des seringues propres, ce qui est considéré comme l’un des problèmes majeurs pour freiner l’épidémie.

«L’Europe de l’Est a été négligée et reste très homophobe, la communauté LGBT a une vie très compliquée là-bas», a ajouté Elton John.

Non au boycottage

«Je suis moi-même un membre de la communauté LGBT, j’espère, étant ce genre de personne, pouvoir améliorer leur situation en montrant un intérêt pour ce qu’ils traversent, en leur disant qu’ils sont soutenus», a poursuivi le chanteur.

Boycotter ce genre de pays serait une erreur, estime l’artiste aux multiples récompenses.

«Je pense sincèrement que ce n’est pas très productif parce que vous devez soutenir les gens».

«Si vous êtes un chanteur, un acteur ou quoi que ce soit d’autre... quelqu’un que les gens admirent et à qui ils peuvent parler, c’est important d’y aller et d’écouter leurs problèmes, de sympathiser avec eux et d’essayer autant que possible de les aider», a conclu Elton John.