Symbole de l’inquiétude qui s’est emparée en Chine, la Cité interdite de Pékin, l’ancien palais des empereurs, a annoncé sa fermeture jusqu’à nouvel ordre pour éviter tout risque de contamination entre les visiteurs. Sur la place Tian’anmen, les touristes optaient en grande majorité pour le port du masque.

Coronavirus: 25 millions d’individus confinés

PÉKIN — Les autorités chinoises ont décidé jeudi d’imposer des restrictions de déplacement dans huit villes où vivent quelque 25 millions de personnes, dans un effort sans précédent pour contenir le nouveau coronavirus qui s’est déjà propagé à d’autres parties du monde.

Par ailleurs, la Commission nationale de la santé a indiqué que le nombre de malades souffrant du coronavirus avait grimpé à 830, dont 177 cas jugés graves. Le nombre de morts a aussi augmenté, passant de 17 à 25.

Vendredi matin (à l’heure locale), elle a aussi confirmé qu’un premier décès avait été enregistré à l’extérieur de la province de Hubei. Un homme de la province orientale de Hebei a annoncé qu’un homme âgé de 80 ans était mort après avoir montré des symptômes liés au coronavirus. L’homme revenait d’un séjour de deux mois à Wuhan où il avait été visité des proches.

La gare et l’aéroport de Wuhan, épicentre de l’épidémie, ont été fermés et les services de traversiers, de métro et d’autobus ont été interrompus. Les rues et les lieux publics habituellement animés de cette ville de 11 millions d’habitants étaient étrangement calmes jeudi. La police vérifiait tous les véhicules entrant dans la ville, mais n’a pas fermé les routes.

Les autorités ont annoncé que des mesures similaires entreraient en vigueur vendredi dans les villes voisines de Huanggang et Ezhou. À Huanggang, les salles de spectacle, les cafés internet et les autres lieux de divertissement ont également été fermés.

À l’ouest de Wuhan, une autre localité, Xiantao, a condamné les accès à une grande voie de circulation et au sud Chibi a interrompu tous ses transports publics. Ces deux cités rassemblent plus de deux millions d’habitants.

Tous les transports sont aussi suspendus à Lichuan, une ville d’un million d’habitants à 700 km de Wuhan.

Ces mesures de confinement sont sans précédent en Chine et dans le monde. Elles touchent une population comparable à celle des villes de New York, Los Angeles et Chicago réunies.

À Pékin, les autorités ont annulé indéfiniment les «événements majeurs» en cette période de réjouissances du Nouvel An chinois. 

Pas d’urgence internationale

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a tout de même estimé jeudi que l’épidémie de coronavirus n’était pas considérée pour l’instant comme une «urgence de santé publique de portée internationale».

L’OMS n’a jusqu’ici utilisé ce terme que pour de rares cas d’épidémies requérant une réaction mondiale vigoureuse, dont la grippe porcine H1N1 en 2009, le virus Zika en 2016 et la fièvre Ebola, qui a ravagé une partie de l’Afrique de l’Ouest de 2014 à 2016 et la République démocratique du Congo depuis 2018.

Le virus de Wuhan, de la même famille que le SRAS (Syndrome respiratoire aigu sévère), a gagné plusieurs pays d’Asie et même les États-Unis. Le Vietnam et Singapour ont à leur tour annoncé des cas.

L’OMS ne recommande pas actuellement de restrictions de voyages, mais d’établir des dépistages dans les aéroports. L’organisation demande aussi «à tous les pays» de mettre en place des mesures pour détecter les cas de coronavirus, contre lequel il n’existe pas actuellement de traitement ou de vaccin. Les contrôles de température corporelle se sont généralisés dans plusieurs aéroports, notamment à Dubaï, l’un des plus grands du monde, visant tous les passagers en provenance de Chine.