Le premier ministre britannique Boris Johnson

Boris Johnson se résout à demander des élections

LONDRES — Le premier ministre britannique Boris Johnson a finalement renoncé à sa promesse d’un Brexit en octobre et a plutôt reporté ses espoirs sur des élections générales en décembre.

Deux jours après que les élus ont contrecarré la dernière tentative de M. Johnson de faire adopter son accord de divorce avec l’Union européenne, le premier ministre a déclaré jeudi que le seul moyen de sortir de l’impasse sur le Brexit au Royaume-Uni était de déclencher des élections. Il a indiqué qu’il demanderait aux parlementaires de voter lundi sur une motion appelant à des élections nationales le 12 décembre.

Pour déclencher des élections, Boris Johnson doit obtenir l’appui des deux tiers des députés, qui lui ont déjà infligé une série de revers et ont fait dérailler sa promesse de faire sortir le Royaume-Uni de l’UE le 31 octobre coûte que coûte.

Le plus récent revers est survenu mardi, lorsque les élus ont bloqué la tentative de M. Johnson d’accélérer l’adoption d’un projet de loi sur le Brexit par le Parlement en quelques jours. Les députés ont affirmé qu’ils avaient besoin de plus de temps pour examiner le texte.

Les prochaines élections générales britanniques sont prévues pour 2022. Pour qu’un scrutin anticipé soit déclenché, M. Johnson doit soit remporter un vote au Parlement, soit perdre un vote de censure, que les partis de l’opposition ont jusqu’ici refusé d’organiser.

Le principal parti d’opposition, le Parti travailliste, a déclaré mercredi qu’il soutiendrait le déclenchement d’élections générales lorsque la menace d’un Brexit sans accord serait écartée.