Un garçon de 11 ans a tué sa professeure et blessé six personnes avant de se suicider, dans une école au Mexique.
Un garçon de 11 ans a tué sa professeure et blessé six personnes avant de se suicider, dans une école au Mexique.

Au Mexique, un élève tue sa professeure et se suicide

Brenda Alcana
Agence France-Presse
MEXICO — Un élève de 11 ans a tué une enseignante et blessé six personnes vendredi dans son école avant de se suicider, dans le nord du Mexique, où ce genre de fait divers est inhabituel, contrairement aux États-Unis voisins.

Le garçon a ouvert le feu dans l’enceinte de son école à Torreon, une ville de l’État de Coahuila, connu pour être le théâtre de violences liés au trafic de drogues.

Le président mexicain, Andrés Manuel Lopez Obrador, a présenté ses condoléances aux familles des victimes et qualifié les faits de «tragédie très regrettable».

Aucun mobile n’a encore été avancé par les autorités. Cependant, le gouverneur de Coahuila, Miguel Angel Riquelme, a fait mention d’un jeu vidéo sur le marché depuis 2002, fondé notamment sur le tir à vue.

Un jeu vidéo ?

« Le garçon a pu être influencé par un jeu vidéo appelé Natural Selection. Il portait un T-shirt qui le mentionnait », a fait valoir le gouverneur.

« Il a pu tenter de recréer (ce jeu vidéo) et a dit à ses camarades de classe “Aujourd’hui c’est le jour” », a-t-il ajouté en indiquant que le jeu « simulait la manipulation d’armes de gros calibre ».

Plusieurs médias mexicains ont rappelé que les adolescents auteurs de la fusillade dans l’école Columbine, aux États-Unis, en 1999, où deux étudiants en avaient tué 13 autres, arboraient un T-shirt blanc avec la légende « Natural Selection », bien que ce jeu vidéo ait été mis sur le marché trois ans plus tard et n’a donc aucun rapport avec Columbine.

Selon les premiers éléments de l’enquête de la police locale, l’élève de l’école Cervantès était porteur de deux pistolets avec lesquels il a abattu son enseignante âgée de 50 ans.

Au début de la matinée, à 8 h 20 locales (9 h 20 HE), « il a demandé la permission d’aller aux toilettes. Voyant qu’il ne revenait pas au bout de 15 minutes, sa professeure a été le chercher », a expliqué le gouverneur lors d’une conférence de presse.

« Elle a alors vu dans le couloir l’élève qui avait changé de vêtements, armé de deux pistolets, un dans chaque main, et il s’est mis à tirer », a-t-il ajouté.

Dans la fusillade qui a suivi, il a blessé cinq autres élèves de l’établissement et un professeur d’éducation physique. Tous les blessés ont été transférés dans un hôpital voisin. Deux seraient dans un état sérieux, selon le maire de Torreon, Jorge Zermeno.

« Le garçon vivait avec sa grand-mère. Il souffrait très certainement de problèmes (psychologiques), même s’il avait de très bonnes notes », a déclaré le maire à la chaîne de télévision locale Televisa.  

Il avait perdu sa mère « il y a quelques années », a précisé de son côté M. Riquelme.  

Bon comportement à l’école

« Il était connu pour bien se comporter à l’école », a déclaré le gouverneur en se disant « consterné ».

« Nous regrettons beaucoup ce qui s’est passé. C’est choquant pour nous tous. Je veux réitérer que ce genre de choses ne constitue pas la norme dans nos écoles », a-t-il dit.

Cette fusillade n’est cependant pas sans précédent au Mexique. En 2014, un élève de 15 ans a tué par balle un camarade de classe dans le centre de l’État de Mexico et en 2017 un autre élève du même âge en a blessé quatre autres dans une école de Monterey, dans le nord du pays.