La guerre du Yémen a fait plus de 9200 morts, en majorité des civils, et poussé des régions du pays au bord de la famine.

5 morts dans un double attentat suicide au Yémen

ADEN - Cinq personnes, dont un enfant, ont été tuées et 31 blessées samedi dans un double attentat suicide perpétré contre l’unité de lutte antiterroriste dans la ville yéménite d’Aden et revendiqué par le groupe jihadiste État islamique (EI).

Deux kamikazes ont successivement lancé leurs véhicules contre le QG de cette unité situé dans le quartier Tawahi à Aden, selon des sources des services de sécurité.

«Les deux kamikazes ont péri ainsi que deux gardes et une passante», a déclaré à l’AFP un responsable des services de sécurité.

Le directeur de la sécurité d’Aden, le général Challal al-Chae, a lui indiqué dans un communiqué que le double attentat avait fait cinq morts parmi des policiers et des civils, dont un enfant.

Selon lui, 24 autres civils ont été blessés sur une plage toute proche ainsi que sept gardes.

Le général Chae s’est félicité de la «vigilance» des forces de sécurité qui ont intercepté, selon lui, les deux voitures conduites par des kamikazes, les empêchant d’entrer à l’intérieur du QG.

L’EI a revendiqué ce double attentat dans un communiqué publié par son organe de propagande Amaq.

Ces dernières années, Aden, grande ville du sud, a été le théâtre d’une série d’attentats ayant tué des centaines de personnes, certains ayant été revendiqués par l’EI.

Les jihadistes ont principalement visé les forces gouvernementales qui se sont repliées dans le sud depuis qu’elles ont été chassées de la capitale Sanaa en septembre 2014 par les rebelles Houthis, soutenus par l’Iran et leurs alliés, les forces fidèles à l’ex-président Ali Abdallah Saleh.

En mars 2015, une coalition dirigée par l’Arabie saoudite est intervenue au Yémen pour aider le pouvoir du président Abd Rabbo Mansour Hadi à combattre les rebelles.

La mission s’est élargie pour inclure des opérations contre des groupes jihadistes - à la fois l’EI et Al-Qaïda - qui a exploité le chaos provoqué par la guerre pour renforcer leur présence dans le sud du Yémen.

La guerre du Yémen a fait plus de 9200 morts, en majorité des civils, et poussé des régions du pays au bord de la famine.