32 ans de prison à un géophysicien cyberprédateur

LONDRES - Un scientifique britannique reconnu coupable de 137 infractions pénales commises en ligne, dont l’incitation au viol d’un enfant de quatre ans, a été condamné lundi à 32 ans de prison à Birmingham.

Matthew Falder, 29 ans, qui se surnommait «evilmind» (esprit maléfique) et «666devil» (666diable), se faisait passer pour une femme, une artiste, pour approcher ses victimes et leur demander de lui envoyer des photos d’elles nues ou partiellement dénudées.

Il a fait chanter un grand nombre de ses 50 victimes, qui allaient de jeunes enfants à des trentenaires, et diffusé et commenté des images dégradantes d’elles sur des sites internet, selon l’agence nationale du crime britannique (NCA). Il a aussi filmé des personnes de sa connaissance pendant qu’elles se douchaient, après avoir installé des caméras cachées dans divers endroits.

+

Matthew Falder est un géophysicien diplômé de la prestigieuse université de Cambridge, au Royaume-Uni.

+

Le juge Philip Parker a décrit «une histoire de dépravation sans limite» dont les effets sur les victimes ont été «ravageurs».

«Falder est un individu extrêmement manipulateur qui prenait clairement plaisir à humilier ses nombreuses victimes (...) Il ciblait délibérément des victimes jeunes et vulnérables. Au moins trois d’entre elles ont tenté de se suicider», a relevé le parquet dans un communiqué.

Le géophysicien, diplômé de la prestigieuse université de Cambridge, et employé comme chercheur postdoc à l’université de Birmingham, avait été arrêté sur son lieu de travail en juin 2017 et avait reconnu les faits.

«En trente ans de métier, je n’ai jamais vu d’infractions aussi horribles, dont le seul but est de provoquer de la souffrance et de la détresse», avait commenté l’un des enquêteurs, Matt Sutton, cité par la NCA.

«C’était une enquête extrêmement complexe sur un prédateur en ligne prolifique qui depuis plusieurs années croyait pouvoir échapper à la loi et exploiter sexuellement et de manière sadique des victimes vulnérables», avait-il relevé.