Des enfants dans la ville de Hodeïda.

130 enfants meurent chaque jour au Yémen

LE CAIRE — L’organisation humanitaire Save the Children affirme que la faim et la maladie tuent au moins 130 enfants chaque jour au Yémen, et l’ONU déplore que des ports et des aéroports clés n’aient pas encore été rouverts par la coalition dirigée par l’Arabie saoudite.

L’Arabie saoudite a bloqué l’accès aux ports yéménites après une attaque au missile près de Riyad. Elle a toutefois annoncé lundi l’annulation du blocus, en réaction aux protestations internationales.

Jeudi, le porte-parole des Nations unies a indiqué que le secrétaire général Antonio Guterres a écrit à l’ambassadeur de l’Arabie saoudite auprès de l’ONU, en affirmant que le royaume avait failli à rouvrir des ports et des aéroports clés au Yémen.

Stéphane Dujarric a affirmé que M. Guterres a salué la réouverture du port dans la ville d’Aden, tout en disant que cela ne «répondrait pas aux besoins des 28 millions de Yéménites».

M. Dujarric a indiqué que l’ONU exhorte la coalition dirigée par l’Arabie saoudite à rétablir les vols humanitaires des Nations unies vers Aden et Sanaa, et à rouvrir les ports à Hodeïda et Salif pour les livraisons de nourriture et de médicaments.

Tout comme la capitale, Sanaa, Hodeïda et Salif se trouvent sur un territoire contrôlé par les rebelles.

L’ONU et une vingtaine d’organisations ont prévenu que ce blocus pourrait pousser des millions de personnes au bord de la famine et de la mort.

L’organisation humanitaire Save the Children avait aussi soutenu tard mercredi que le blocus imposé par la coalition saoudienne risquait d’aggraver la situation. Quelque 50 000 enfants auraient perdu la vie seulement en 2017.

La campagne de frappes aériennes de la coalition a fait au moins 10 000 morts et trois millions de déplacés depuis deux ans.

Des dirigeants de l’Organisation mondiale de la Santé, de l’UNICEF et du Programme alimentaire mondial ont publié un appel conjoint pour l’assouplissement du blocus.

«Bien que la coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite ait levé partiellement le récent blocus au Yémen, la fermeture de la majeure partie des points d’entrée terrestres, portuaires et aériens aggrave grandement une situation déjà catastrophique», ont-ils soutenu.