De nombreux bénévoles ont mis la main à la pâte pour collecter les denrées de la population lors de la guignolée sans contact de Moisson Estrie.
De nombreux bénévoles ont mis la main à la pâte pour collecter les denrées de la population lors de la guignolée sans contact de Moisson Estrie.

Mission accomplie pour Moisson Estrie

La première guignolée sans contact Avançons tous en cœur de Moisson Estrie connait un tel succès qu’elle se poursuivra au courant de la fin de semaine. La durée initiale de trois jours, du 19 au 21 mai, s’est avérée insuffisante pour collecter l’entièreté des denrées.

Cette guignolée a été organisée pour répondre rapidement au besoin grandissant de la population. En effet, une augmentation de 20 % a été constatée depuis le début de la pandémie. 

« Je suis vraiment impressionnée par tout ce que l’on reçoit. Ça déborde! » s’exclame Geneviève Côté, directrice générale. « En plus, notre objectif de 25 000 $ est déjà dépassé depuis mercredi », poursuit-elle. 

L’organisme a distribué plus de 8000 sacs partout dans Sherbrooke et les environs pour que les gens puissent y déposer chèques ou denrées. La participation des citoyens semble être d’au moins 50 %, ce qui signifie que plus ou moins 5000 sacs de denrées seront récupérés d’ici dimanche. 

« La qualité des produits que l’on reçoit est surprenante. Je pense que les gens ont compris qu’il ne faut pas seulement donner des produits de piètre qualité, mais bien des produits d’hygiène personnelle, des instruments de cuisine, de la nourriture pour faire des repas complets », soutient Mme Côté.

Dentifrice, shampoing, papier de toilette, céréales, conserves… ces produits sont toujours les bienvenus, et on peut tous les retrouver dans les sacs récoltés par les quelque 150bénévoles impliqués dans la cause. 

Parmi ceux-ci, plusieurs adolescents sont plus qu’heureux de pouvoir s’impliquer et sortir de chez eux pour aider la communauté.

« C’est mission accomplie à tous les niveaux : faire bouger les gens, récolter des denrées pour offrir du dépannage alimentaire plus complet et, par le fait même, sensibiliser les gens à donner lorsqu’ils sont en mesure de le faire », affirme la directrice générale.

La créativité au rendez-vous

Dans les derniers mois, pandémie oblige, Moisson Estrie a fait preuve de créativité pour financer ses activités, notamment en organisant la guignolée sans contact en à peine trois semaines. 

« C’est certain qu’on va continuer de se réinventer, car cette pandémie-là nous a ouvert les yeux sur plusieurs nouvelles façons de faire », avance Mme Côté. 

« Personnellement, j’ai tout de même hâte de revenir à l’ancienne méthode où on laisse les gens choisir le contenu de leur dépannage alimentaire. J’ai vraiment de la difficulté à décider à la place des gens et je considère qu’ils savent mieux ce qui est bon pour eux », exprime-t-elle. 

Les prochaines étapes

Actuellement, les gens dans le besoin peuvent récupérer leurs boîtes à l’extérieur de la bâtisse. Au courant du mois de juin, certaines personnes pourront progressivement recommencer à entrer chez Moisson Estrie.

« Présentement, on aménage nos installations pour que ce soit sécuritaire lorsqu’on sera prêt à accueillir les gens », indique Geneviève Côté. 

Dépendamment des besoins de la population et des opportunités à venir, l’équipe décidera si une autre activité aura lieu pendant la saison estivale.