La directrice générale du CEP, Mylène Rioux, et Stéphanie Cotnoir, directrice adjointe et responsable du volet insertion sociale et professionnelle, dans les nouveaux espaces de la rue Daniel qui servent à un tout nouveau volet de formation des élèves du CEP.

Milieu de travail adapté pour les élèves du CEP

Des apprenants du Centre d’éducation populaire (CEP) peuvent maintenant développer des compétences qui leur serviront au travail. Grâce à un nouveau volet axé sur la préparation à l’emploi et de nouveaux espaces sur la rue Daniel, les élèves du CEP peuvent poursuivre leur alphabétisation en classe tout en se préparant à entrer sur le marché du travail dans un milieu adapté pour eux.

En plus de son offre en alphabétisation, le CEP a développé ce volet de formation dans les nouveaux locaux de la rue Daniel. Le CEP, sis sur la rue Marquette, accueille en grande partie des personnes immigrantes, soit des réfugiés.

« On se questionnait sur ce qu’on pouvait faire pour rapprocher nos étudiants du marché du travail », explique la directrice générale du CEP, Mylène Rioux. Le CEP souhaitait ainsi aller plus loin que ce que permettait le programme de réinsertion en préemployabilité. 

« On était toujours dans l’ordre du théorique. Par exemple, ils apprenaient ce qu’étaient les normes du travail au Québec, mais ils n’avaient pas l’occasion de les mettre en pratique. On a commencé à faire des stages bénévoles chez des partenaires, mais rapidement on s’est rendu compte qu’il fallait aller plus loin, qu’il fallait envisager l’idée d’une entreprise d’économie sociale pour trouver un chemin afin que ces gens-là passent de la francisation au marché du travail. »

Ce chemin n’existait tout simplement pas pour les gens que le CEP dessert, soient des adultes peu alphabétisés et peu scolarisés. Les étudiants tombaient littéralement « dans un trou », indique Mylène Rioux, en soulignant qu’ils ne se rendaient pas à l’étape ultime du marché du travail. De là est née l’idée de créer un milieu adapté pour eux.

Plusieurs mois de pratique

« On a mis en place différents projets pilotes pour mesurer la capacité de travail des participants », indique Stéphanie Cotnoir, directrice adjointe au CEP et responsable du volet insertion sociale et professionnelle.

« On a mis en place plusieurs projets d’apprentissage pratique pour voir jusqu’où ils sont capables d’aller, avec quel niveau de supervision c’est possible de travailler. » Elle souligne qu’on peut compter entre 15 et 18 mois de pratique pour arriver à être fonctionnel dans un milieu de travail classique. 

« Avec l’atelier, ce qu’on voulait mettre en place, c’est offrir ce milieu et surtout cette durée de milieu de travail expérimental pour qu’ils puissent pratiquer suffisamment afin d’avoir accès au marché du travail classique ou qu’ils puissent avoir accès à des mesures d’aide à l’emploi. »

Les élèves avaient également besoin d’un milieu adapté puisqu’ils requéraient énormément d’encadrement dans les milieux de stage où ils se retrouvaient. 

« Le programme est vraiment basé sur les compétences essentielles et génériques, des comportements et des habitudes qu’on a besoin d’avoir sur le marché du travail et qu’habituellement on développe tout au long de la jeunesse ou encore dans le système scolaire, comme la minutie et le travail d’équipe. (...) Peu importe la tâche, elles sont basées sur ces compétences-là. (...) La plupart des étudiants savent travailler, ils ont déjà travaillé, mais dans les contextes où ils ont appris, c’est tellement éloigné par rapport aux normes que l’on a, qu’on veut vraiment rapprocher la pratique qu’ils ont de celle demandée ici. » 

Le programme compte différents volets : les décorations écoresponsables pour des événements, la sous-traitance de main-d’œuvre pour des entreprises de même que la production de produits de béton pour des jardins de ville. « On a des objets qui sont en développement, les pots et les lampes de béton. On travaille à développer un bac à jardin », explique Mme Cotnoir. La vente de ces produits se fait à des entreprises qui œuvrent dans le domaine.