Le respect de quelques principes de base est important pour une personne plongée en mode télétravail chez elle. L’utilisation d’un clavier et d’une souris externes est par exemple nécessaire afin de pouvoir soulever l’ordinateur portable à la bonne hauteur devant ses yeux.
Le respect de quelques principes de base est important pour une personne plongée en mode télétravail chez elle. L’utilisation d’un clavier et d’une souris externes est par exemple nécessaire afin de pouvoir soulever l’ordinateur portable à la bonne hauteur devant ses yeux.

Mieux travailler grâce à quelques ajustements

Plongés en mode télétravail depuis plus de trois mois déjà, nombreux sont les travailleurs à avoir davantage mal aux épaules, aux poignets ou au dos. Est-ce que tout est la faute de la table de cuisine qui sert à la fois de bureau et de poste de surveillance pour les enfants? Est-il nécessaire de faire l’achat d’un bureau tout neuf? Pas nécessairement, indique Livann Vézina-Nadon, ergonome à la direction de la Santé publique de l’Estrie.

« Un poste de travail n’est pas ergonomique en soi. C’est l’interaction entre la personne et son poste de travail qui doit être ergonomique », précise-t-il.

Autrement dit : deux personnes installées à la même table, avec les mêmes accessoires et avec le même type de chaise ne seront pas confortables de la même façon.

« À partir du moment où une personne met en application les principes de base et qu’elle ne ressent pas d’inconfort, c’est que sa position lui convient », ajoute M. Vézina-Nadon.

Et le respect de ces quelques principes de base est important. Une personne peut rapidement développer des troubles musculo-squelettiques si elle est mal installée.

« Il y a des gens plus sensibles que d’autres aux troubles musculo-squelettiques », ajoute l’ergonome.

Les principes de base de l’ergonomie sont les mêmes, que l’on travaille à partir de la maison ou du bureau. « À la maison par contre, nous n’avons pas nécessairement le même équipement qu’au bureau. Il n’empêche qu’il faut faire attention aux zones les plus sensibles du corps, soit les coudes, les poignets, le haut du dos et le cou », indique-t-il.

D’abord, l’écran d’ordinateur doit être à la bonne hauteur pour éviter de pencher la tête quand on regarde l’écran. « Ça, c’est à la portée de tout le monde parce que ça ne coûte rien. Avec un ordinateur portable, on peut le surélever avec des livres, par exemple », explique M. Vézina-Nadon.

Ainsi, l’écran se retrouve à la bonne hauteur… mais plus le clavier ni la souris.

« Avec un ordinateur portable, il est presque essentiel d’avoir un clavier d’appoint. C’est un accessoire qui n’est pas très cher, peut-être de 20 à 40 $ environ, mais c’est un incontournable pour pouvoir utiliser un ordinateur portable à long terme. Il faut aussi avoir une souris à part », ajoute-t-il.

« On privilégie aussi un clavier court, avec un clavier numérique à part. Cela permet d’avoir un meilleur mouvement sur la souris, plus près du corps », ajoute-t-il.

Les avant-bras doivent être bien posés sur la table devant soi ou sur les appuis-bras. « Il faut éviter d’avoir trop de pression sur les poignets », indique l’ergonome.

Pour ce qui est de la chaise, elle ne doit pas bouger, évidemment, quand on est assis, question d’éviter de devoir la retenir avec ses jambes. « Sinon, une solution à ça est un tapis que l’on place sous la chaise », précise l’ergonome de la Santé publique.

Pour la chaise, M. Vézina-Nadon remarque que les appuis-bras y sont souvent très larges. Si l’on doit s’acheter une nouvelle chaise, il est idéal de s’assurer que les appuis-bras s’ajustent bien à la largeur des épaules. Un ajustement en hauteur est également souhaitable, de même que la présence de coussins au niveau de la courbe lombaire.

Et si l’on veut faire avec les chaises que l’on a à la maison? « C’est possible. On doit s’assurer que le dos est bien appuyé. Ce n’est pas l’idéal, mais on peut ajouter des coussins pour bien appuyer le dos », propose-t-il.

Les pieds doivent absolument toucher au sol quand on travaille. « Si c’est impossible, un appui-pieds pourrait être utile », fait savoir Livann Vézina-Nadon.

Pour ceux qui passent beaucoup de temps au téléphone ou en téléconférence, un casque d’écoute s’avère aussi un excellent investissement, à la maison comme au boulot.

« Et pour ceux qui lisent beaucoup de documents papier, un porte-document posé à côté de l’écran est aussi une très bonne idée », ajoute M. Vézina-Nadon.

Souvent négligés, pourtant essentiels, les étirements avant et après le travail font une grande différence.

« Les bénéfices de faire deux fois des séances d’étirements de cinq minutes sont pourtant majeurs! » assure l’ergonome.

Enfin, il faut savoir que le télétravail ne dédouane pas les employeurs de s’assurer du bien-être de leurs employés. Si des accessoires sont nécessaires pour que le travailleur soit confortablement installé à la maison, il est possible d’aborder la question avec son employeur.

« La loi 51 sur la santé et la sécurité au travail dit que l’employeur doit fournir ce qui est nécessaire, mais qu’est-ce qui est nécessaire? Une chaise, un clavier, un casque? Cela se discute, c’est défendable devant son employeur », indique Livann Vézina-Nadon.

Plusieurs guides en ligne sont disponibles pour aider les employés à mieux s’installer à la maison, comme celui de la CNESST disponible ici : https://www.cnesst.gouv.qc.ca/Publications/500/Pages/DC_500_114.aspx 

+

Vous travaillez de la maison?
Voici ce qui est déductible d’impôt.

Dans la mesure où il n’y a aucun remboursement de la part de votre employeur, les fournitures consommées directement dans l’exercice des fonctions de l’employé (papier, crayons, cartouches d’encre, etc.) sont déductibles d’impôt. Les frais d’utilisation du réseau Internet sont déductibles, seulement s’ils sont facturés en fonction de l’utilisation. 

Si vous avez un bureau dans votre domicile (vous devez être propriétaire) : les fournitures consommées (chauffage, électricité, produits de nettoyage, accessoires d’éclairage et réparations mineures) sont déductibles, mais pas la valeur locative de la superficie de l’espace consacré au travail.

Si vous avez un bureau dans votre logement (locataire) : les fournitures consommées (chauffage, électricité, produits de nettoyage, accessoires d’éclairage et réparations mineures) sont déductibles, tout comme une partie raisonnable du loyer relative à l’espace de bureau à domicile.

Source : www.revenuquebec.ca/fr/maladie-a-coronavirus-covid-19/faq-pour-les-citoyens/