Serge Dumoulin

Se démarquer dans son domaine et comme employeur

Dans un discret édifice à bureaux au coin des rues Alexandre et Aberdeen, à Sherbrooke, la trentaine d’employés de Dunin Technologie planchent sur des produits informatiques basés sur l’intelligence artificielle. Derrière les ordinateurs se trouvent une grande proportion de personnes immigrantes ou vivant avec le syndrome d’Asperger. Celles-ci seraient la clé du succès de l’entreprise, selon le président Serge Dumoulin, qui a vu sa compagnie être récompensée aussi bien sur le plan de l’innovation qu’à titre d’employeur remarquable.

« Plusieurs entrepreneurs de la génération d’avant étaient motivés par l’argent, mais ce n’est pas mon cas. Je pense que ça prend une raison d’être, une motivation pour se lever le matin et aller travailler », soutient M. Dumoulin.

C’est d’ailleurs sous la pulsion d’une passion peut-être un peu trop candide qu’il a cofondé Dunin Technologie avec son frère en 1988. « On ne faisait pas grand-chose avec, au début. On était “vert”, jeune, et on pensait que ce serait simple! » se souvient en riant le président qui, à l’époque, était encore au baccalauréat, en mathématiques et informatique.

Il a par la suite amorcé une maîtrise dont il n’a toutefois jamais déposé le mémoire, car il a préféré garder la propriété de l’idée qu’il avait développée, une technologie faisant appel à la théorie des langages, afin de l’exploiter dans son entreprise.

Avec cet outil, son frère et lui ont créé des produits informatiques servant à la production manufacturière sur mesure grâce à l’intelligence artificielle. Ces systèmes agissent comme un ingénieur virtuel qui crée les plans d’un produit jusqu’alors inexistant, comme une armoire de forme ou de taille particulières, et qui formule ensuite les instructions de fabrication pour les robots manufacturiers, tout en estimant le coût de l’objet qui en résulte.

« Par exemple, si on veut concevoir un store sur mesure pour la fenêtre d’une salle de bain, le système va sélectionner un tissu antifongique pour éviter les moisissures; il va prendre un tissu opaque pour l’intimité; il va prévoir le support selon les mouvements du store et son poids... À la fin, il te propose un produit que tu vas voir en 3D et que tu peux ajuster au besoin, par exemple pour changer le motif du tissu », illustre M. Dumoulin.

La plupart des clients de Dunin Technologie se servent de l’outil pour concevoir différents objets liés à la construction et aux bâtiments, comme des armoires, des portes coupe-feu ou des meubles.

Réintégrer les marginalisés

« Le côté le plus agréable de l’entreprise, c’est l’équipe — et c’est elle qui fait le succès de l’entreprise. Ça va dans les deux sens », croit fermement le président, en ajoutant que ses employés sont des gens très travaillant et des humains extraordinaires. Or, dans le personnel en question, on retrouve plusieurs travailleurs originaires d’un peu partout autour du globe.

M. Dumoulin explique qu’il y a une dizaine d’années, sa famille et lui ont parrainé une famille d’immigrants, ce qui leur avait fait réaliser les difficultés vécus par les nouveaux arrivants, notamment en ce qui a trait à l’emploi. Durant la même période, l’entrepreneur a réalisé qu’il recevait de plus en plus de CV — souvent très impressionnants — de personnes immigrantes.

« J’ai même hésité avant d’embaucher un de mes employés parce qu’il était surqualifié, mais ça faisait un an qu’il se cherchait un emploi au Québec et en discutant avec lui, j’ai compris qu’il resterait [chez Dunin Technologies] longtemps », confie-t-il.

En plus d’être en contact avec le Service d’aide aux Néo-Canadiens, M. Dumoulin indique être aussi ouvert à embaucher d’autres personnes « un peu hors normes », soit des personnes vivant avec le syndrome d’Asperger, ayant lui-même reçu ce diagnostic.

« Ce sont des gens très performants au travail, mais qui perdent des fois leur emploi pour des raisons de communication et d’intégration sociale. Soit qu’ils se font congédier ou qu’ils quittent d’eux-mêmes, parce que c’est un poids pour eux de se sentir toujours à part des autres, alors on se retrouve avec des gens extrêmement compétents mais sans emploi », déplore-t-il.

Le président se défend toutefois de sélectionner pour la différence et au détriment de la compétence : « On ne fait pas de la charité! Il faut que ce soit bon pour l’entreprise et on va chercher les meilleurs employés qui soient ».

Employeur remarquable

En 2013, Dunin Technologie a reçu la certification « Employeur remarquable », remise par le Bureau de normalisation du Québec. Certaines mesures mises en place par M. Dumoulin y auraient contribué, dont sa politique d’équité salariale.

« Habituellement [dans d’autres entreprises], c’est l’employé qui demande une augmentation. C’est triste parce que souvent, les immigrants n’oseront pas le demander, selon d’où ils viennent, et ça crée un fossé qui empire avec les années. Donc nous, on a mis en place des pratiques différentes : que la personne demande ou non une augmentation, elle recevra celle qu’elle mérite », explique-t-il.

Ses employés sont par ailleurs traités avec un grand respect de leurs compétences et avec confiance envers leur travail : « Mes employés qui ont des doctorats, c’est certain qu’ils sont plus compétents que moi dans leur domaine, je ne vois pas comment je pourrais leur indiquer quoi faire. C’est l’inverse, c’est eux qui me disent ce qu’il serait mieux de faire. »

Repères

Baccalauréat en mathématiques et informatique

Maîtrise non complétée afin de conserver les droits sur son idée

Président de Dunin Technologie, qu’il a cofondé en 1988

Conjoint de Patricia Raynault-Desgagné. Le couple élève ensemble Catherine (19 ans), Christophe (17 ans), Alice (15 ans), Raphaël (15 ans), Florence (14 ans) et Nathan (12 ans)