Noémi Garneau a repris en 2012 l’entreprise familiale, Pantoufles Garneau.

Noémi Garneau : la gestionnaire qui aimait les métiers d'arts

Pour Noémi Garneau, reprendre le flambeau de l’entreprise familiale a été l’occasion d’allier le meilleur de deux mondes. Chez Pantoufles Garneau, elle peut en effet mettre de l’avant ses fines compétences de gestionnaire tout en satisfaisant son intérêt pour les métiers d’arts et la création.

En quelque sorte « née dans les pantoufles », Noémi Garneau a suivi dès son plus jeune âge son père François, fondateur de Pantoufles Garneau, dans divers salons de métiers d’arts. C’est à ce moment qu’elle a développé une curiosité pour la création et les artisans.

Mais à cette époque, et même en vieillissant, l’idée de travailler dans l’entreprise familiale ne lui effleurait pas vraiment l’esprit.

« À cet âge-là, on dirait qu’on ne veut pas toujours suivre les traces de nos parents. Donc, au cégep, je me suis inscrite en joaillerie, mais j’ai réalisé que je n’étais pas à ma place », explique celle qui a plutôt bifurqué vers des études administratives.

« J’avais toujours une admiration pour les métiers d’arts. En me rendant compte que ma force était les chiffres, je me suis dit que je pourrais rejoindre cet intérêt autrement qu’en étant créatrice », raconte Noémi Garneau.

C’est alors qu’en 2012 son père lui confie la présidence de Pantoufles Garneau, une pantoufle signée symboliquement en faisant foi.

Pour celle qui avait jusque-là travaillé pour le compte de grandes entreprises, se retrouver dans une PME a été une révélation.

« Il n’y a pas de routine, on est maître de nos journées et de notre travail. On peut réinventer nos journées au fur et à mesure, lance-t-elle. De plus, en arrivant dans une entreprise qui fonctionne bien et qui a déjà une bonne notoriété, il n’y avait que de belles possibilités pour l’amener à d’autres endroits. »

Loin d’elle l’idée de changer une formule gagnante, seulement de l’améliorer. Noémi Garneau a ainsi misé notamment sur les ventes en ligne, la mise en marché de même que l’acquisition de nouveaux équipements.

« Le produit est déjà excellent et aimé, donc c’est difficile de le changer, mais on peut s’assurer de toujours être compétitif. On peut améliorer nos relations avec les fournisseurs, peaufiner les détails… », explique la gestionnaire.

Avec une modeste équipe de 12 personnes, une attention particulière est aussi portée au bien-être des employés.

« On veut conserver notre main-d’œuvre et lui offrir un milieu de travail stimulant », explique celle qui se fait un devoir d’être à l’écoute de ses employés.

Et pas question d’envisager d’exporter la production. « D’abord, ça ne rejoint pas nos valeurs qui sont d’encourager les produits faits localement. On ne pourrait pas non plus avoir un aussi bon contrôle sur les produits et nos standards de qualité en souffriraient. »

Cette qualité se traduit par des pantoufles avec un coût qui varie selon les modèles entre 80 $ et 130 $. « Les gens sont conscients qu’ils achètent un produit qui va durer plus longtemps. Nos pantoufles peuvent durer une dizaine d’années et même plus avec nos semelles amovibles », souligne Noémi Garneau.

Des commandes en ligne, elle en a d’ailleurs reçu d’Angleterre, d’Australie et même de Chine. La preuve que les pantoufles fabriquées de moutons australiens et néo-zélandais ainsi que de suède et de cuir italien n’ont plus besoin de faire leur réputation.

Pour le futur, la présidente souhaite entre autres améliorer sa couverture du marché canadien et développer le marché européen notamment pour ce qui est des pays scandinaves.

« Les pantoufles sont un symbole de confort, de moments de bonheur en famille », confie Noémi Garneau au sujet de cet objet du quotidien qui occupe une place bien particulière dans son cœur.

Repères

Native de Saint-Camille

Présidente de Pantoufles Garneau, entreprise fondée par son père, François Garneau, en 1977 et établie à Asbestos

Détentrice d’une technique administrative et d’un baccalauréat en administration des affaires

Mère de deux garçons de 8 et 10 ans