Sabrina Joyce-Dupuis a reçu la Médaille du Lieutenant-gouverneur.

L’implication au quotidien et au naturel

MÉRITE ESTRIEN / Sabrina Joyce-Dupuis recevait l’année dernière la Médaille du Lieutenant-gouverneur pour son implication remarquable dans son milieu. L’adolescente qui en était alors à sa dernière année au secondaire à l’Escale d’Asbestos a été très émue, mais aussi surprise, par cette récompense.

Pour Sabrina, aujourd’hui âgée de 17 ans, s’impliquer à travers son parcours scolaire était tout simplement naturel. On la retrouvait ainsi dans l’harmonie de l’école et dans l’ensemble vocal, elle qui s’est découvert une passion pour le chant au début de son secondaire.

Elle a également fait partie des Entraidants pendant deux années. « C’est un groupe qui fait de la sensibilisation et qui organise plusieurs activités, par exemple une journée sans maquillage. On a aussi aidé à préparer des tourtières pour les paniers de Noël, explique Sabrina. C’est un groupe qui venait chercher ce que j’aime : aider les gens. C’est ce qui me fait le plus plaisir. »

C’est aussi pour son attitude positive que le directeur et la psychoéducatrice de l’école ont soumis la candidature de la jeune Asbestrienne.

« Quand j’ai reçu la lettre, je ne comprenais pas trop. Je me demandais qui m’avait proposée. Dans ma tête, il me venait le nom de plein d’autres personnes qui auraient mérité cette récompense », raconte celle qui a aussi pratiqué la danse pendant huit ans.

Rêve de médecine

Sabrina poursuit maintenant des études au Cégep de Sherbrooke dans le but d’intégrer une faculté de médecine à l’université. Elle espère se spécialiser en périnatalité. Enfant unique, elle a toujours beaucoup aimé les bébés. On lui a d’ailleurs répété à plusieurs reprises qu’elle possédait un sens maternel très développé.

« J’ai toujours eu la médecine en tête, mais je ne l’ai jamais vraiment dit puisque je ne croyais pas avoir le potentiel et que je n’étais pas en chimie ou en physique », explique celle qui a aussi envisagé effectuer une technique en éducation à l’enfance.

Sa mère ayant connu des problèmes de santé, Sabrina a fréquenté les hôpitaux tout jeune. C’est peut-être à ce moment que l’idée de la médecine a germé dans sa tête, mais c’est en quatrième secondaire qu’elle a réalisé qu’elle avait le potentiel pour accéder à son rêve. Avec une moyenne générale supérieure à 90 % maintenue jusqu’à l’obtention de son diplôme, elle démontrait sa persévérance, mais aussi ses grandes aptitudes.

Consciente que beaucoup d’années d’études sont encore devant elle, Sabrina est prête à les affronter. Afin d’atteindre son objectif, elle a toutefois pris la décision de réduire ses différentes implications afin de se concentrer sur ses études.

« Je suis perfectionniste et je suis capable de mettre les efforts pour arriver à de bons résultats. Mes études sont ma priorité », souligne-t-elle.

« C’est ma mère qui m’a donné le goût à l’école. Tous les soirs en revenant de l’école, elle sortait mes cartables et m’aidait à faire mes devoirs. Elle aimait ça et le faisait vraiment toujours dans le but de me faire aimer l’école », confie Sabrina qui a malheureusement perdu sa mère l’année dernière des suites de la maladie.

« Mes deux parents ont toujours eu une grande fierté dans mon parcours scolaire », remercie-t-elle.

L’adolescente a fait preuve d’une résilience extraordinaire à travers cette épreuve. Sa famille, ses amis et des professeurs conciliants lui ont aussi été d’un grand soutien.

Puis après avoir terminé ses études, Sabrina espère simplement avoir une maison, une famille et des enfants. « J’aimerais rester dans le coin et pratiquer ici. J’ai une préférence pour les petits milieux. » Rien de bien compliqué, mais tout pour faire son bonheur.

Repères

Âgée de 17 ans et résidente d’Asbestos

Récipiendaire de la Médaille du Lieutenant-gouverneur

Étudiante au Cégep de Sherbrooke