Patrick Rahimaly et Chemika Mamode

Le désir de redonner

On dit du quartier Est de Sherbrooke qu’il constitue une ville dans la ville. En effet, dans ce quartier homogène où l’arrivée de nouveaux immigrants ne date que de quelques années, on peut dire que le couple formé de Chemika Mamode et Patrick Rahimaly représente un modèle d’intégration auquel les citoyens de l’Est se sont identifiés dès leur arrivée, il y a de cela 23 ans.

Depuis ce temps, la pharmacienne et son mari entrepreneur entretiennent une véritable histoire d’amour avec leurs concitoyens.

Nés tous les deux à Madagascar, au beau milieu de l’océan indien, Chemika Mamode et Patrick Rahimaly se sont rencontrés… à Paris, où ils passaient leurs vacances, sans jamais s’être croisé auparavant.

Après un premier bac en biochimie à l’Université de Sherbrooke, Chemika Mamode opte pour un deuxième bac, cette fois en pharmacie, du côté de l’Université de Montréal.

Après quelques années sur le marché du travail, elle et son mari décident qu’il est temps d’avoir leur propre pharmacie. Ayant gardé un excellent souvenir de ses études à Sherbrooke, Mme Mamode se voit offrir l’opportunité d’acheter la pharmacie Groleau, aussi connue sous le nom de pharmacie Belmont, ayant pignon sur rue à l’angle de la rue King Est et de la 7e Avenue Sud.

C’est à ce moment qu’a commencé ce que Chemika Mamode et Patrick Rahimaly n’hésitent pas à qualifier d’histoire d’amour entre eux et les gens du quartier.

Au fil des ans, et malgré tout le travail que peut représenter la gestion d’une pharmacie, le couple ne cesse de s’impliquer socialement. Leur nom est étroitement associé à plusieurs causes et plusieurs événements qui ont des retombées dans le quartier Est. Qu’on pense au défilé du Père Noel, à la fête de la St-Jean, aux activités offerts par les organismes Sercovie ou encore la Fondation Vitae, la Maison Oxygène ou encore La Cordée, pour ne citer que quelques noms.

« On est vraiment tombé en amour avec le quartier, explique Mme Mamode au sujet de la décision de s’installer dans l’Est de Sherbrooke. On a regardé pour s’installer à plusieurs endroits ailleurs au Québec, que ce soit en banlieue de Montréal, à Laval et même dans les Laurentides. Mais on a été tellement bien accueillis ici, que c’est ce qui nous a donné le goût de nous installer et de fonder une famille », précise la pharmacienne, qui est maman d’un garçon, Kevan, et d’une fille, Sarah, tous les deux aux études.

Tant pour Chemika Mamode que pour Patrick Rahimaly, le fait de s’impliquer socialement comme ils le font n’est qu’un juste retour des choses. Pour eux, il s’agit de redonner un peu de cette chaleur qu’ils ont reçue et continuent de recevoir de leurs concitoyens.

« On est très attaché à ce quartier et c’est pour ça qu’on essaie de redonner autant que possible », affirme Mme Mamode. On a tellement reçu des gens d’ici, qu’on essaie de redonner ce qu’on a reçu. Les gens sont tellement gentils et chaleureux, c’est incroyable. Il faut dire que, dans l’Est, c’est particulier. Il y a un sentiment d’attachement qu’on ne retrouve pas ailleurs. C’est comme une ville dans la ville », décrit-elle.

« Beaucoup de gens parlent de l’Est comme d’un quartier pauvre, ajoute Patrick Rahimaly. Et pourtant, c’est un quartier qui ne mérite pas sa réputation. C’est ici qu’on retrouve tous les grands employeurs de Sherbrooke, comme les hôpitaux, le cégep, les institutions gouvernementales. Et comme le disait Chemika, il y a une chaleur humaine ici qu’on ne retrouve pas ailleurs. »

Une chaleur qui, depuis 23 ans, se manifeste parfois au-delà de celles qu’entretiennent habituellement des clients avec leur pharmacie, souligne Mme Mamode. « Certains de nos clients, qu’on a connu alors qu’ils étaient parents, sont aujourd’hui devenus des grands-parents et viennent nous présenter leurs petits-enfants. Il n’y a pas de mot pour décrire ces beaux moments et cette confiance que les gens nous donnent. »

« On n’a jamais senti qu’on était des étrangers depuis qu’on est ici. On a été choyés », insiste M. Rahimaly.

« C’est la raison pour laquelle on essaie de redonner dans ce qui est important pour les gens, ajoute Mme Mamode. Notre implication est un peu le prolongement de ce que je fais en tant que pharmacienne. Car quand les gens sont heureux, c’est souvent plus facile sur le plan de leur santé aussi. »

Repères

Chemika Mamode
Née à Madagascar (52 ans)
Profession : pharmacienne
Diplômée en biochimie de l’Université de Sherbrooke (1987) et en pharmacie de l’Université de Montréal (1991)
Propriétaire d’une pharmacie, rue King Est

Patrick Rahimaly
Né à Madagascar (58 ans)
Profession: administrateur et propriétaire d’Immeubles Kasar
Siège à plusieurs conseils d’administration, dont: Fondation Vitae, ODACE, Festival des traditions du monde.
Parents de deux enfants: Kevan (23 ans) et Sarah (21 ans)